×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Competences & rh

Idées
Comment Care Maroc accompagne le préscolaire

Par L'Economiste | Edition N°:4016 Le 23/04/2013 | Partager
Un préalable important qui réduit la fracture de l’enseignement
Les enfants de Sidi Moumen et Dar Bouazza, premiers bénéficiaires
Une coopérative éducative pour assurer la pérennité des projets

Le programme préscolaire de Care Maroc accompagne les enfants et les mères.  Nous ne pouvons pas obliger les parents à envoyer leurs enfants à l’école, mais en éduquant les mères et en renforçant leur pouvoir économique, le résultat est satisfaisant», explique Sophie Perez, directrice pays de Care international Maroc

C’est l’une des étapes primordiales dans le cursus scolaire. L’éducation préscolaire contribue fortement à la préparation des jeunes de demain. L’enfant, entre l’âge de 3 et 6 ans, est censé être à l’école pour s’habituer à s’asseoir, écouter, se concentrer et intégrer le milieu scolaire. «Le préscolaire est l’une des causes de défaillance du système de l’éducation nationale», relève Sophie Perez, directrice pays de Care international Maroc. Afin de remédier à cette défaillance, Care Maroc (ONG de droit marocain), en partenariat avec l’Académie de l’éducation et de la formation du Grand Casablanca, s’y consacre à travers de nombreuses actions conjointes. Dans un premier temps, ses activités sont concentrées dans le milieu périurbain de la région du Grand Casablanca. Elles s’articulent autour de 3 composantes: le renforcement de l’accès et la qualité du préscolaire, le soutien scolaire et l’appui aux associations de parents d’élèves.
Le premier projet achevé en février dans la commune de Dar Bouazza a permis à 600 enfants issus de familles défavorisées dans le quartier d’El Iraqi de bénéficier de l’amélioration des conditions de scolarité. Trente éducatrices et 7 animateurs formateurs de préscolaire ainsi que les autorités locales se sont mobilisés pour aboutir à ces résultats qui ont nécessité un budget de 2,4 millions de DH. Les mamans ne sont pas en reste. Des actions sont menées pour les sensibiliser à propos de l’importance et de l’impact de cette première éducation scolaire dans la vie future de leurs enfants.
Le second projet, dont la phase de diagnostic et de prise de contact vient de s’achever, se déroulera dans le quartier de Sidi Moumen. Fin avril, l’opération démarre avec une sélection d’une cinquantaine d’écoles préscolaires. Le projet cible 2.600 enfants et la formation de 50 éducateurs avec un financement de 4 millions de DH sur 3 ans.
L’objectif aussi de ces projets est de les rendre pérennes. D’où la mise en place d’une coopérative éducative, une association des jeunes de Dar Bouazza qui produit des services de formation des enseignants de préscolaire. Actuellement, un partenariat est en cours de négociation avec la délégation de l’Education nationale de la province de Nouaceur afin d’établir des conventions avec des écoles publiques, former des éducatrices, installer les équipements et suivre la gestion administrative.
Les trois conventions actuellement en cours prévoient la formation de 6 éducatrices. «Pas n’importe qui peut être éducateur pour enfants. Il faut d’abord avoir de l’affection pour ces jeunes, être motivé et vouloir faire de l’enseignement un projet de vie et pas un tremplin», souligne Mustapha Badda, président de la coopérative. L’ensemble de ces projets d’amélioration du préscolaire entrent dans le cadre des priorités fixées dans le plan d’urgence du ministère de l’Education nationale. Ils relèvent aussi de l’application de la Charte communale qui prévoit la mise en place d’une commission pour la parité et l’égalité des chances. Pour cela, les enfants des écoles publiques autant que ceux du privé doivent pouvoir prétendre à l’éducation préscolaire avant de démarrer les études primaires.

 R. D. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc