×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Competences & rh

Soutien scolaire
La méthode Sanady cartonne

Par L'Economiste | Edition N°:4001 Le 02/04/2013 | Partager
77% de réussite au bac avec 50% de mentions
Plus d’efforts sur l’orientation et le suivi des élèves

La Fondation Sanady s’engage aussi dans la formation des professeurs. Quatre sessions de formation ont été organisées en 2011, un chiffre qui a été multiplié par 2 en 2012. Quatre autres sont prévues d’ici juillet


DES résultats en constante évolution pour la fondation Sanady. Née de la volonté d’entreprises marocaines de lutter contre le décrochage scolaire il y a de cela 4 ans, la fondation ne cesse de grandir en impliquant de plus en plus d’entreprises au projet qui affiche des chiffres en progression. C’est en effet ce qui ressort du bilan présenté récemment par Sanady lors de son assemblée générale, en présence des entreprises adhérentes. Ainsi, l’année scolaire 2011/2012 a connu un taux de réussite au baccalauréat de 77%, contre 70% l’année d’avant. 50% des élève ayant décroché leur baccalauréat avec mention. De plus, le nombre de bénéficiaires a augmenté de plus de 50% et le nombre d’entreprises impliquées est passé de 15 à 25 cette année.
Au niveau pédagogique, 123 professeurs sont mobilisés dans les villes d’Agadir et de Casablanca (66 au primaire, 40 au collège et 17 au lycée), contre 97 professeurs en 2011.
Le projet phare de cette année est l’introduction de modules d’orientation pour les élèves de 16 et 17 ans. La fondation s’est rendu compte que ce volet était crucial pour accompagner correctement les élèves. Kacem Bennani Smires, président de la fondation, raconte l’histoire d’un très bon élève Sanady qui avait réussi à décrocher son bac avec une moyenne de 17/20. Malgré ce très bon résultat, ce dernier n’avait d’autre vocation que de travailler avec son père. C’est donc ce cas particulier qui a motivé Kacem Bennani Smirès à penser un nouveau système d’orientation. «Beaucoup d’argent et de temps ont été investis par l’ensemble de l’équipe, il serait alors dommage que les élèves ne poursuivent pas leurs études après le lycée», confie-t-il.
Ainsi, quatre rencontres annuelles seront prévues entre élèves et professeurs, ces derniers s’engageant aussi à les aider dans leurs inscriptions.
Autre nouveauté 2012: la fondation Sanady a réussi à impliquer de grandes structures dans son projet «Amaly». Ainsi, la SNCF, qui s’implique pour la 1re fois dans une action sociale en dehors de L’Hexagone, offre une subvention de 120.000 euros pour la mise en place d’un programme de soutien au profit de 120 élèves au primaire et au lycée, à Tanger. Un projet qui sera mené en 3 ans.
L’OCP fait également son entrée cette année. Ce partenariat permettra d’accompagner 1.400 élèves au primaire dans la commune rurale d'Oulad Salman, dans la région de Safi. La fondation avance donc, mais ne se repose pas sur ses lauriers. L’assemblée générale était l’occasion de discuter les points à revoir pour une meilleure efficacité dans l’action. Ainsi, il semble fondamental à Kacem Bennani-Smirès d’établir une charte pour les professeurs et de définir une stratégie de financement plus élaborée.


Sanaa EDDAÏF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]nomiste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc