×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    Etudes supérieures
    7.000 étudiants partent chaque année en France

    Par L'Economiste | Edition N°:4001 Le 02/04/2013 | Partager
    Ils y constituent 11% de l’ensemble des étudiants étrangers
    75 % des diplômés marocains envisagent de rentrer
    Les actions de Club France Maroc pour l’insertion de ces diplômés

    Source: Institut français Maroc
    Les Marocains formés en France se retrouvent dans tous les pans de l’économie avec un taux d’employabilité de 75 % pour les résidents en France et de 85 % pour ceux ayant fait le choix du retour. Comparativement aux résidents français lorsqu’ils rentrent au Maroc, une plus grande proportion obtient des postes à responsabilité en intégrant les Directions Générales des entreprises du Royaume

    LA France a toujours la cote auprès des étudiants marocains. Rien d’étonnant vu la proximité géographique et culturelle et la diversité des formations proposées par l’enseignement supérieur français (ESF). Les coûts sont également plus abordables comparés à d’autres destinations comme le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada. C’est en ces termes que Bernard Rubi, responsable de l’Espace Campus France et de la mobilité étudiante, a parlé de l’intérêt qu’ont les étudiants marocains pour l’Hexagone(1).
    Pour preuve, ils constituaient en 2011 la première communauté d’étudiants étrangers en France (11%), suivis par les Chinois (10%), les Algériens (8%), les Tunisiens (5%) et les Sénégalais (5%). En tout, ils sont plus de 32.000, soit une évolution de l’ordre de 1,6% par rapport à l’année précédente. La majorité d’entre eux (59%) a opté pour les universités, alors que les formations d’ingénieurs hors université ont attiré 10% et les écoles de commerce 8%. Chaque année, 7000 nouveaux étudiants marocains partent en France.
    Ces diplômés sont un véritable vivier pour les entreprises marocaines. En effet, ils ont des profils pointus et expérimentés dans des secteurs aussi divers que l’industrie, le tourisme, la logistique, le commerce … Pour mobiliser cette communauté de lauréats au profit des entreprises françaises, Bernard Rubi évoque «la force des réseaux, les évènements dédiés à cette communauté et le club France Maroc».
    Des réseaux d’anciens diplômés, des associations ou des fondations comme Academia ont un rôle à jouer, mais aussi les salons de recrutement comme le Carrefour Maghrébin, Careers in Morocco …Quant au Club France Maroc, lancé en 2010 à l’initiative de l’ambassade de France et de la CFCIM. (Chambre Française de Commerce et d’industrie du Maroc), il a pour vocation d’accompagner les jeunes étudiants et diplômés marocains sur les possibilités de carrière professionnelles au Maroc. Ce club (clubmarocfrance.com) compte parmi ses membres des entreprises françaises et marocaines, des associations d’anciens diplômés et des professionnels des RH.
    Sa mission consiste entre autres à développer des liens entre les diplômés de l’ESF et les acteurs économiques au Maroc et regrouper des informations sur l’actualité des secteurs qui recrutent. De même, le club est un espace de partage, de programmation d’événementiel, réalisation d’études et enquêtes sur les étudiants et diplômés marocains et d’accès aux offres d’emploi et de stages.
    Parmi les enquêtes effectuées par le club, celle réalisée en 2012(2) montre que 75% des étudiants et diplômés de l’ESF envisagent de retourner au  Maroc dans un horizon de 4 ans maximum après l’obtention de leur diplôme. Ils sont majoritairement motivés par des «raisons familiales et personnelles», «la volonté de contribuer au développement du pays» ainsi que «le confort et la qualité de vie».
    Il en ressort également que les étudiants s’inscrivent majoritairement dans les établissements de la région parisienne.
    Les offres de formations en ingénierie et en commerce restent les plus choisies. De même, 90% des diplômés marocains de l’ESF interrogés obtiennent au minimum un diplôme de niveau master.
    Parmi les étudiants et diplômés marocains résidant en France, 5 % possèdent la double nationalité.

    Aziza EL AFFAS
    (1) C’était lors d’une conférence organisée 21 mars à la CFCIM sur le thème: "Le Club France Maroc: une solution pour rendre son entreprise attractive auprès des diplômés marocains de l’enseignement supérieur français".
    (2) Enquête effectuée par Club France Maroc, Careers in Morocco et Fondation Academia par  voie électronique au cours du dernier trimestre 2011. Le prestataire, Lycom, a reçu 1900 réponses.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc