×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Maroc-UE: Pas encore joué pour la pêche
De notre correspondant permanent à Bruxelles, Aziz Ben Marzouq

Par L'Economiste | Edition N°:3999 Le 29/03/2013 | Partager
Désaccord autour de l’offre financière européenne
Rabat exige aussi une réduction des droits de pêche
Prochain round à Bruxelles

«Les négociations prennent davantage de temps que prévu. Il n’y a pas beaucoup de visibilité pour le moment. Nous attendons que les choses s’éclaircissent». C’est le message laconique que L’Economiste a reçu du porte-parole de Maria Damanaki, la commissaire européenne à la pêche, en réponse à une question sur la tenue du 6e round de négociations sur la pêche qui devrait se tenir cette fois-ci à Bruxelles. En ce qui la concerne, la commissaire grecque se dit toutefois confiante que les deux parties vont «bientôt» trouver une date pour poursuivre leurs négociations. Damanaki a assuré aux ministres européens de l’Agriculture et de la Pêche ainsi qu’aux eurodéputés que dans ces négociations avec les Marocains, elle «restera dans le mandat qui lui a été confié tant en ce qui concerne la durabilité du futur accord de pêche (ne pêcher que les stocks excédentaires de poissons) qu’en ce qui concerne le respect du droit international et les retombées socioéconomiques du futur accord dont devraient bénéficier toutes les populations marocaines, y compris celle des provinces du sud. Dans l’entourage de la commissaire à la pêche,  on considère en privé que les négociations qui ont bien progressé sur le volet technique ne pourraient reprendre que «lorsque des indications claires seront apportées par la partie marocaine sur les volets politique et financier du futur accord».
Le partenaire marocain considère  «qu’il n’y a pas d’accord tant qu’il n’ y aura pas un accord sur tout», notamment en ce qui concerne la compensation financière. Le Maroc a demandé une compensation financière de 36 millions d’euros par an (identique à l’ancien protocole) tout en exigeant une réduction des droits de pêche à accorder au partenaire européen pour des raisons essentiellement de protection des ressources. «Pas d’accord», ont dit les négociateurs européens qui ont une autre lecture sur l’état des ressources halieutiques nationales: «puisque vous réduisez nos capacités de captures, on ne peut vous offrir que 26 millions, une somme que l’on pourrait revoir à la hausse -à la rigueur jusqu’à 36 millions d’euros- si de votre côté vous élargissez considérablement les droits de pêche de nos bateaux». De son côté, Rabat considère que «si l’offre financière européenne ne bouge pas vers le haut et reste bloquée à 26 millions d’euros, il se verrait dans l’obligation de diminuer son offre en termes d’accès à ses ressources halieutiques». On en est là à ce jour.
La position de la commissaire européenne Maria Damanaki n’est pas très confortable dans la mesure où elle doit naviguer entre deux bandes jaunes: celles du Conseil des ministres de l’Agriculture et de la Pêche qui se divisent grosso modo en deux grands camps: ceux qui sont effectivement très intéressés, non seulement sur le plan économique mais également politique, par un nouvel accord de pêche avec le Maroc (notamment et surtout l’Espagne, la France, la Pologne, le Portugal, la Lettonie ou encore la Lituanie) et ceux qui -moins concernés- mettent davantage l’accent sur les aspects politiques et la durabilité du futur accord de pêche (comme la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas). L’Espagne, comme on le comprend bien, reste le principal avocat d’un accord rapide avec le Maroc tandis que la Pologne a déjà averti ses partenaires que si les Européens continuent à tergiverser dans les négociations avec le Maroc, d’autres pays tiers -comme par exemple les Russes- n’ont pas ces mêmes états d’âme et ont déjà signé un accord de pêche avec Rabat.

Rapport coût-bénéfice

Du côté des eurodéputés, la commissaire Damanaki doit également faire preuve de beaucoup de tact et de diplomatie. Elle reste consciente que Strasbourg a rejeté en février 2011 le renouvellement du protocole à l’accord de pêche avec le Maroc au motif qu’il était inacceptable dans les conditions proposées par la Commission européenne, en raison du faible rapport coût-bénéfice pour l’Union européenne, de l’exploitation excessive des espèces démersales, de la contribution très limitée des fonds européens au développement de la politique de pêche locale, et du manque de preuves en termes d’avantages, tirés des fonds européens, pour les populations locales au large du Sahara. Raison pour laquelle à chaque apparition devant l’hémicycle de Strasbourg,  elle se sent obligée de répéter qu’elle respectera fidèlement les résolutions du Parlement européen et qu’elle fera tout pour rester dans les clous fixés».

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc