×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Quand le club rêve du foot à la Barça

Par L'Economiste | Edition N°:3999 Le 29/03/2013 | Partager
Un business-modèle pour tirer la Botola
Billetterie, transfert, sponsoring, les principales sources de financement

Gouvernance, recettes, branding, communication, marketing, portail Web… Le Raja Club Athletic (RCA) est en train d’adopter le même schéma que celui d’une grande entreprise structurée. En témoigne le lancement imminent d’une chaîne TV satellitaire. Avec un budget de 65 millions de DH, le club compte sur trois types de sources de financement:  billetterie, transfert de joueurs et sponsoring. «Si ces recettes sont optimisées, nous pourrons atteindre 10 millions de DH dans la billetterie, 10 millions de DH provenant des transferts de joueurs et 20 millions des sponsors», envisage Mohamed Boudrika, le président du club casablancais. L’enjeu aujourd’hui du staff dirigeant est de rationaliser les dépenses du club. La prochaine étape consiste à augmenter le budget de 15 à 20%. Le différentiel, le management du Raja compte le puiser sur les nombreux projets. Sur ce registre, médias et merchandising sont érigés en priorité. D’ailleurs, Raja Média, unité spécialisée en marketing et communication, laquelle relève directement de la direction Com et Marketing du club, a pour objectif de clarifier la stratégie médiatique du club. L’émission «Raja Café», diffusée depuis peu sur les ondes,  s’inscrit dans cette logique. Autre ressource potentielle, le développement du merchandising à l’instar des grands clubs européens. «Une telle initiative bute sur l’informel et les mentalités qui ne sont pas encore prêtes», concède le président du club. Néanmoins, avec les produits «Raja Store», le club des Verts arrive tant bien que mal à glaner quelques recettes, qui restent en deçà des ambitions.
Mais la dernière trouvaille du président Boudrika pourrait assurer des revenus pérennes au club. Le lancement imminent de la chaîne des Diables verts, qui n’attend que le feu vert de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), devrait à terme assurer des recettes publicitaires. «Notre objectif, du moins pour les deux premières années, est de donner une visibilité et une image au club. A terme, la chaîne deviendra, espérons-le, rentable», confie le président trentenaire. Au préalable du lancement de la chaîne, la Haca avait exigé la création d’une société anonyme. Car le statut d’association ne permet pas de se lancer dans l’audiovisuel. Chose qui a été faite, assure Boudrika. L’actionnariat de la nouvelle société, Raja TV SA, est à 99,6% détenu par le club éponyme. Le reste étant réparti entre le président (0,1%), le trésorier (0,1%), le secrétaire général (0,1%) et le premier vice-président (0,1%).


Reda Mouhsine
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc