×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Enquête L’Economiste-Sunergia
Insubmersible Benkirane

Par L'Economiste | Edition N°:3999 Le 29/03/2013 | Partager
Il perd 22 points en un an
Pas grave: il a encore une marge énorme!
Les mécontents arrivent péniblement à 22-24%

Clairement, la bonne opinion dont bénéficie le gouvernement est largement tributaire de l’image, excellente, de son chef

C’EST dit: Benkirane est un animal politique rare. En un peu plus d’un an de pouvoir, il conserve un courant de sympathie plus que confortable.
L’année dernière, notre sondage avait montré le chef de gouvernement à la tête d’un énorme capital de sympathie: 88% d’opinions favorables, qui disaient leur optimisme, voire leur grand optimisme. Soit des voix bien plus nombreuses (en proportion) que son parti, le PJD, en avait obtenues lors des élections législatives de novembre 2011. Ce qui était en soi un  phénomène  exceptionnel.
Aujourd’hui, son capital est écorné de 22 points, certes, mais il reste confortable, très confortable, avec un score de 64% de satisfaits et très satisfaits. Soulignons que, sur cette question, il y a très peu de gens qui ne savent pas ou qui ne répondent pas.
La grogne a monté par rapport à janvier 2012. Elle était à 17%. Elle est aujourd’hui à 23%, une petite progression.
L’opposition dira qu’il n’y a rien d’étonnant à un tel capital de confiance: le chef de gouvernement n’a pas engagé d’actions difficiles, même si le péril financier est pressant, reconnu comme tel par ses ministres des Finances. Invité du Club de L’Economiste, Salaheddine Mezouar ne s’est pas fait faute de critiquer «l’inaction pour conserver la sympathie» (cf. L’Economiste du lundi 25 mars 2012). Mais l’opinion publique, elle, ne le voit pas de cette manière. Après un an de pouvoir, le score reste excellent pour Benkirane et son équipe. Pour être parfaitement exact, il faudrait dire que ce capital de satisfaction est d’abord celui de Benkirane lui-même, appuyé de quelques lieutenants: Louardi à la Santé, Rabbah aux Travaux publics-Transport, Ramid à la Justice.
Baha, le ministre d’Etat, ami et soutien personnel du chef de gouvernement, n’existe pas aux yeux de l’opinion publique (cf. infra). Vu sa présence sur la scène politique, rien d’étonnant.
En fait, Benkirane n’a pas, ou pas encore,  besoin de garde politique rapprochée: Il «dirige bien le gouvernement», il est «proche des gens» et en plus c’est un «homme de parole». Tous les hommes politiques sur la planète Terre rêveraient que leurs électeurs les décrivent ainsi, au lieu de leur servir de têtes de turcs favorites!
Qui sont les plus grands supporters du chef de gouvernement?
Quand il s’agit de «l’homme de parole», c’est ouvertement les catégories les plus défavorisées et plutôt en ville qui l’affirment.
Quand il s’agit de l’homme qui «dirige bien  le gouvernement», c’est nettement l’opinion des ruraux, des 35-65 ans et des habitants de l’Oriental.
Quand il s’agit de dire s’il est proche des problèmes des gens, alors Benkirane fédère les riches, les Marrakchis et les hommes de 45 à 54 ans.
Le chef de gouvernement a-t-il quelque part de fermes opposants? Non, les critiques tournent à 22-24%, réparties un peu partout, dans toutes les catégories, tous les âges…
Dans un  tel paysage, pas étonnant que les partis de l’opposition parlementaire ou extra-parlementaire, n’arrivent pas à s’accrocher. C’est lisse partout.
Il leur faudra trouver d’autres ressorts que le programme politique, puisque de programme politique, il n’y en a pas et que l’opinion publique n’en tient pas rigueur à Abdelilah Benkirane.

«Je vous passe mon mari…»

LES enquêteurs ont rencontré un phénomène assez étrange, en tout cas qui ne s’était jamais présenté lors d’une enquête de Sunergia pour le compte de L’Economiste: il y a eu une part importante de refus et/ou d’abandons, surtout chez les femmes. Certaines interlocutrices ont proposé de passer leur téléphone à leur mari pour qu’il réponde à leur place.
Les questionnaires non-aboutis sont 729, dont à peu près un tiers d’abandons en cours de route. C’est un phénomène inédit que les enquêteurs et les analystes de Sunergia ne s’expliquent pas. En revanche, il y a un autre phénomène qui, lui, s’explique très bien: un nombre incroyablement élevé d’appels sans réponses, 2.638 exactement, soit un peu plus de 41% des appels.
Le chiffre est trop élevé pour que ce soit une simple question d’indisponibilité du correspondant. La réalité derrière ce phénomène est que les opérateurs du mobile laissent, sciemment ou pas, un très grand nombre de numéros en déshérence.

N. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc