×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Transport urbain : Appel d’offres non abouti pour Tanger

Par L'Economiste | Edition N°:3997 Le 27/03/2013 | Partager
Le groupe présélectionné, l’Espagnol Ruiz a été trop exigeant selon la Mairie
C’est la deuxième fois en moins d’une année, que l’opération achoppe

Retour à la case départ pour le dossier du transport urbain à Tanger. L’appel d’offres lancé par la Mairie en 2012 a été jugé par cette dernière infructueux. Dans un communiqué rendu public lundi après-midi, le Conseil de la ville de Tanger a annoncé, pour la deuxième fois en une année le non aboutissement du processus d’appel d’offres pour la concession du service de transport urbain. Lors de l’ouverture des plis en février dernier, la Mairie avait retenu le dossier de la société espagnole Ruiz. Cette dernière est d’ailleurs l’actionnaire principal de la société Autasa qui gère le secteur actuellement. Ruiz avait décidé de se présenter à la place de sa filiale afin de donner un nouveau démarrage au service de transport urbain et réserver, semble-t-il, la filiale au transport de personnel. Mais les négociations avec le groupe Ruiz ne semblent pas avoir avancé lors de ces dernières semaines. Plusieurs points ont bloqué les négociations.
Le premier concerne le nombre de bus prévu par le cahier de charges original ainsi que la mise en place d’une marge de bénéfice prévisionnelle de la part de Ruiz de 7,5%, considérée par la Mairie comme une marge industrielle. Mais le point le plus délicat, a été la demande de l’opérateur espagnol d’un soutien supplémentaire de la part des autorités en qualité de revenu supplémentaire. Cette demande, non prévue dans le cadre de l’appel d’offres original a été refusée par la Mairie qui s’est vu obligée de mettre fin au processus de sélection. Il s’agit d’un retour à la case départ pour ce dossier et ce pour la deuxième fois. En effet, un premier appel d’offres, lancé en juin dernier avait été annulé par le ministère de l’intérieur suite à un vice de forme lors de la procédure d’appel d’offres. En novembre dernier, alors que la ville avait cru avoir un nouvel opérateur, le conseil de la Mairie a été dans l’obligation de relancer la procédure.
Entre-temps, le contrat liant la ville et Autasa, actuellement en charge du service de transport urbain devra être rallongé, en attendant une nouvelle procédure d’appel d’offres.  A noter que la gestion de ce service sera basée sur le schéma de la Gestion déléguée, l’objectif étant de faire mieux que dans le cadre du schéma actuel avec Autasa. Cette dernière emploie plus de 250 personnes dont 138 chauffeurs et 40 techniciens. Elle gère actuellement un réseau de 18 lignes urbaines et 6 interurbaines. La configuration prévue dans le nouvel appel d’offres prévoyait de passer à 26 lignes urbaines et 17 interurbaines. L’objectif est de s’adapter à la croissance de la ville de Tanger qui en l’espace de dix ans qu’a duré la première concession a vu sa population quasi doubler et sa superficie augmenter.

Habitudes

Pour rappel, Autasa avait remporté l’appel d’offres lancé par la communauté urbaine de Tanger et démarré son activité le 29 juillet 2001.  Depuis l’activité n’a cessé de croître et les habitants de la ville se sont habitués peu à peu à un mode de transport qu’ils avaient presque oublié, le bus. Actuellement, Autasa transporte plus d’un million et demi d’usagers mensuellement.

De notre correspondant Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc