×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Grabuge à l’université de Kénitra

Par L'Economiste | Edition N°:3997 Le 27/03/2013 | Partager
Une rencontre organisée par l’UNEM interdite...
... Et l’intoxication de plusieurs étudiants, les causes

Sit-in organisé hier mardi par les étudiants de la Faculté des sciences de Kénitra, protestant contre l’interdiction d’organiser les 13e rencontres de l’UNEM

L’université d’Ibn Tofaïl de Kénitra est en ébullition depuis la semaine dernière, perturbant le déroulement des cours au niveau des facultés des Sciences et des Lettres. Deux incidents majeurs ont été à l’origine de ces perturbations. Le premier est dû à l’intoxication de plusieurs étudiants suite à un repas pris dans le nouveau restaurant universitaire (RU) jeudi dernier. «49 étudiants de l’université ont été hospitalisés, dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’hôpital Idrissi de Kénitra, pour intoxication alimentaire, mais sans gravité», selon une source hospitalière. Suite à cet incident, «une commission médicale a été dépêchée sur les lieux pour prendre des échantillons des repas consommés pour analyse», indique Mahmoud Barrahal, délégué provincial de la Santé. Mais pour les responsables du bureau de l’Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM) à l’université de Kénitra, le nombre des étudiants touchés par cette intoxication dépasserait un millier. En guise de protestation, un sit-in a été organisé par le syndicat des étudiants, vendredi dernier vers midi, devant l’entrée du RU.
Lundi dernier,Un second incident se greffe sur l’intoxication générale. Il s’agit d’un bras de fer qui oppose le bureau de l’UNEM et la direction de l’université concernant l’organisation de la 13e rencontre nationale de l’union des étudiants qui devait en principe se tenir cette année à la faculté des Lettres et des Sciences de l’université d’Ibn Tofaïl de Kénitra. «Les responsables de l’Université avec le soutien des autorités ont déployé tous les moyens pour interdire cette manifestation», indique un membre du bureau local de l’UNEM qui explique que les «intimidations» ont démarré par des coupures de courant, avant la démolition des stands par les forces de l’ordre qui ont dispersé les protestataires. Hier mardi, le climat restait plus ou moins tendu notamment au niveau de la faculté des sciences où le bureau de l’UNEM a tout de même organisé un sit-in de protestation. «Nous ne sommes pas contre le principe de la tenue de cette manifestation, mais ses organisateurs ont refusé de nous fournir le programme ainsi que la liste des invités et celles des conférenciers», explique un responsable de la faculté des sciences. Or ces renseignements sont indispensables, car une fois l’autorisation accordée, la sécurité des intervenants (cette année, des personnalités étrangères devaient en faire partie) incombe à la direction de l’Université. «L’objectif d’une telle procédure est de garantir la sécurité et le bon déroulement de l’évènement», martèle de nouveau le responsable. En revanche, tempère-t-il «les rencontres locales des étudiants ne nécessitent aucune autorisation».  Pour rappel, le bureau local de l’UNEM à Kénitra est dominé par le courant islamiste d’Al Adl wal Ihssane, c’est le cas dans plusieurs villes du pays.
Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc