×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Festival des musiques sacrées de Fès
La 19e édition, une promotion pour l’islam modéré

Par L'Economiste | Edition N°:3993 Le 21/03/2013 | Partager
L’émir Abd El-Kader, le religieux tolérant
20 millions de DH pour l’Esprit de Fès

L’homme religieux figurant sur l’affiche du 19e festival des musiques sacrées de Fès n’est autre que le légendaire émir Abd El-Kader d’Algérie (1808-1883). En mettant son portrait sur leur dispositif de communication, les organisateurs de l’évènement veulent promouvoir un Islam modéré, comme le faisait ce maître soufi à son époque

LE portrait de l’homme barbu figurant sur l’affiche de la 19e édition du Festival des musiques sacrées pourrait-il porter préjudice à la promotion de l’événement en Occident? Un «Non» catégorique nous répond Faouzi Skali. Le directeur de la Fondation Esprit de Fès, initiatrice de ce festival, précise qu’il s’agit d’une œuvre de l’émir Abd El-kader. Pour ceux qui ne le connaissent pas, ce dernier est un grand maître soufi d’origine algérienne qui prônait, dès le 18e siècle, un Islam modéré. Et c’est cet islam de tolérance, cohabitation et coexistence qui est promu par le festival de Fès des musiques sacrées du monde depuis sa création en 1992. Organisée sur le thème «Fès, l’andalouse », sa 19e édition entend ressusciter la très forte liaison de la capitale spirituelle et l’Andalousie. «Nous avions en commun des liens politiques, culturels, artistiques,…un patrimoine qu’il faut mettre en valeur», estime Mohamed Kabbaj, président de l’Esprit de Fès. Pour lui, «l’édition  2013 célèbre le millénaire de la création du Royaume de Grenade». Le Festival se veut être un hommage à la culture andalouse qui a su réunir les cultures d’Orient et d’Occident dans une même recherche de sens et de sagesse. Une Histoire que Fès a partagé avec l’Espagne du Moyen Age. Enfin un thème qui est aussi la célébration de l’Amour et de la Féminité qui sont, dans la pensée andalouse, profondément indissociables de la création et de la connaissance.
En ouverture du Festival, le 7 juin, un spectacle poétique, chorégraphique et musical «l’amour est ma religion»  sera mis en scène par Andrés Marin, l’un des artistes les plus significatifs du flamenco actuel. Du samedi 8 juin au samedi 15 juin, les événements se succéderont, sur les sites historiques de la ville, avec une riche programmation de concerts animés par des artistes, porteurs de messages de paix et de spiritualité, venus des quatre coins du monde. Y figurent notamment Kyriakos Kalaitzidis (ensemble En Cordais), Choeur orthodoxe byzantin Saint Jean de Damas, ensemble derviches tourneurs Mevlevi dirigé par Necip Gulses (Istanbul), Coumbane Mint Ely Warakane (Mauritanie), et Paco da Lucia (Espagne). La programmation a prévu aussi un spectacle de la diva de la chanson arabe Assala Nasri (Syrie) le 13 juin à Bab El Makina. La clôture du festival sera confiée à l’américaine Patti Smith. Née à Chicago en 1946, dans l’Illinois, aux États-Unis, cette dernière est une musicienne et chanteuse de rock, poète, peintre et photographe. Signalons enfin que le budget de la Fondation de l’Esprit de Fès a adopté lors de son dernier conseil d’administration un budget annuel de l’ordre de 20 millions de DH. Une grande partie de cette enveloppe ira pour l’organisation des musiques sacrées.

Les off

LE festival off ou le festival dans la ville s’ouvrira cette année sur d’autres endroits comme le jardin Jnane Sbil où l’on veut rappeler les années d’amour 1930 et 1940. Parce que la culture doit être accessible à tous, le Festival dans la ville, proposera gratuitement au grand public des concerts, des expositions, des soirées soufies, des animations pédagogiques et activités artistiques pour le jeune public. Le Forum de Fès orientera les quatre premières matinées sur le thème «Nouvelles Andalousies : solutions locales pour un désordre global». Le rendez-vous annuel incontournable des intellectuels, artistes et politiciens du monde, auquel le public est invité à participer, prévoit aussi une sorte d’université autour de l’Islam.

Youness SAAD ALAMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc