×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Maroc-Côte d’Ivoire
La coopération passe à la vitesse supérieure

Par L'Economiste | Edition N°:3993 Le 21/03/2013 | Partager
Six accords signés dont l’un sur la protection des investissements
1 milliard de DH d’investissements marocains à Abidjan
La dimension humaine, clé de voûte de la coopération du Maroc avec les pays africains

Le Roi Mohammed VI recevant hier Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Pour le Souverain, «l’implication de la communauté d’affaires constitue un levier déterminant pour la croissance, l’emploi et un facteur de renforcement du partenariat»

Après le Sénégal… la Côte d’Ivoire. La visite du Souverain en Afrique de l’Ouest est ponctuée de moments forts. Dès son arrivée à Abidjan, le Roi et le président Alassane Ouattara ont présidé la cérémonie de signature de six accords dont l’un porte sur l’encouragement et la protection réciproque des investissements. Cette convention est jugée importante. D’abord le montant des investissements marocains en Côte d’Ivoire s’élève à 1 milliard de DH. Ensuite, la dynamique d’échanges que la visite royale ne manquera pas d’enclencher aura besoin de garanties institutionnelles. Le deuxième accord concerne la pêche et l’aquaculture. Désormais, des entreprises privées pourront investir dans ces deux secteurs porteurs. Le transport n’est pas en reste. Un accord prévoit de diversifier le réseau de transport aérien. Il vise également de développer la coopération en matière d’équipements (construction d’aéroports notamment) et de transport maritime pour  doper les échanges. Il est incontestable que ces conventions sont une base, en mesure de donner une nouvelle impulsion au partenariat entre les deux pays.
D’ailleurs, dans cette stratégie de conquête des marchés africains, le secteur privé, est la tête de pont. Le Souverain n’a pas manqué de le rappeler lors de son allocution à l’occasion du dîner offert en son honneur par le président Alassane Ouattara: «l’implication de la Communauté d’affaires constitue un levier déterminant pour la croissance et l’emploi ainsi qu’un facteur de renforcement du partenariat».
En effet, «depuis 2011, des institutions et groupes marocains s’installent et investissent en Côte d’Ivoire qui retrouve les chemins d’une croissance soutenue. Ainsi, plusieurs partenariats ont été noués en matière bancaire, des projets ont été engagés dans les domaines de l’habitat et de la cimenterie, alors que des financements marocains accompagnent la réalisation de différents projets d’infrastructures. Je suis persuadé que, par notre volonté commune, cette dynamique se poursuivra dans les années à venir», a ajouté le Souverain.
Pour sa part, Alassane Ouattara a affiché ses ambitions: devenir un pays émergent à l’horizon 2020. Mais les challenges à relever ne seront pas simples. Il s’agira de travailler sur trois axes majeurs: assurer la stabilité, accélérer la reconstruction et relancer l’économie du pays. «Notre objectif est de réaliser dans les années à venir, à travers la mise en œuvre du Plan national de développement 2012-2015, une croissance inclusive, forte et soutenue. Nous invitons les hommes d’affaires marocains à investir en Côte d’Ivoire, afin d’accompagner notre pays sur la voie de la reconstruction et du développement durable», a souligné le président. Il reconnaît déjà l’apport de groupes marocains au cours de ces dernières années. «Sur le plan économique et dans le but de soutenir le financement des PME et PMI ivoiriennes, la banque Attijariwafa bank, premier groupe bancaire et financier du Maghreb, est implantée en Côte d’Ivoire depuis 2010. L’entreprise des Ciments d’Afrique a posé, en novembre 2011, la première pierre pour  la construction d’une cimenterie à Abidjan. Le groupe Addoha a signé avec le gouvernement une convention pour la construction de 2.600 logements sociaux à Abidjan», a relevé le président Alassane Ouattara. Selon lui, «au regard des énormes potentialités des deux pays, il est possible d’accroître le niveau des échanges commerciaux et nous devons y travailler davantage». En tout cas, les deux pays ont décidé d’organiser une réunion de la grande commission mixte dans les prochaines semaines.
En attendant, une attention particulière est accordée à «la dimension humaine, clé de voûte de la coopération du Maroc avec les pays frères africains. Plusieurs domaines de coopération peuvent également être renforcés et de nouveaux champs investis, pour la consolidation des fondements d’un partenariat, voué à la promotion du développement durable», a affirmé le Souverain. Sur le plan de l’éducation, des projets seront réalisés. Ainsi, un accord a été signé sur la formation professionnelle dans  le tourisme. D’ailleurs, le président ivoirien s’est «félicité des efforts sans cesse croissants consentis par le Royaume du Maroc pour la formation de centaines de jeunes Ivoiriens, par l’octroi de bourses d’études dans les universités et les grandes écoles marocaines. Cette jeunesse, espoir de demain, sera, j’en suis persuadé, un des vecteurs essentiels de la promotion de la coopération ivoiro-marocaine».


Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc