×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Aéronautique
Les industriels se frottent les mains

Par L'Economiste | Edition N°:3993 Le 21/03/2013 | Partager
Commandes record pour Airbus
234 avions pour Lion Air, 102 Lufthansa et 83 pour Turkish Airlines
Des marchés à prendre pour le Maroc

Source: Ministère du Commerce et de l’Industrie
Infographie L’Economiste

Le secteur de l’aéronautique est l’un des rares qui échappe aux effets de la crise. Il affiche des croissances à deux chiffres et attire de plus en plus d’investisseurs étrangers

Lion Air qui commande 234 avions d’Airbus, Turkish Airlines qui achète 83 appareils du même constructeur et Lufthansa qui en prend 102 ! Des commandes qui se sont ruées sur Airbus en moins d’un mois. De quoi réjouir les professionnels marocains de l’aéronautique surtout que près de la moitié de leur activité se fait avec le géant européen. Airbus, Safran, Dassault, Bombardier… tous ces opérateurs mondiaux achètent au Maroc directement ou indirectement en y faisant fabriquer et assembler une partie des câbles et des composants. Du côté de Toulouse, QG d’Airbus, un membre du management du constructeur contacté par L’Economiste insiste sur l’importance des retombées de telles commandes sur le tissu industriel marocain. Il est surtout question de la commande de la compagnie indonésienne low cost Lion Air de 234 appareils de la famille A320 pour un montant de 18,4 milliards d’euros. Ce marché représente le plus gros contrat de l’aviation civile d’Airbus en valeur. Sa signature s’est faite en grandes pompes en présence de François Hollande président de la République française. « Airbus va pouvoir créer 5.000 emplois pendant 10 ans », estime l’Elysée. Des postes qui seront créés dans l’Hexagone mais également dans les pays sous-traitants. « La nouvelle grosse commande d’Airbus permettra d’avoir plus de visibilité pour les industriels implantés au Maroc dans la mesure où beaucoup de pièces sont fabriquées localement» », explique Bruno Igounenc DG d’Eads Maroc-Aviation. Ce volume d’affaires arrive dans un contexte de croissance à deux chiffres pour le secteur de l’aéronautique. C’est l’une des rares industries à avoir maintenu le cap en 2012, voire à augmenter ses performances. Une centaine d’industriels de l’aéronautique ont choisi le Maroc et y ont réalisé un chiffre d’affaires de plus de 6,4 milliards de dirhams en 2012, en hausse de 10,3% par rapport à l’année précédente. Le secteur emploie près de 10.000 personnes. « Il y a 8.000 marocains qui travaillent avec les sous-traitants d’Airbus », avait confié récemment Fouad Attar, vice-président Airbus MENA.  Des chiffres qui iront en croissance avec les nouvelles commandes. « Airbus est obligé d’augmenter la cadence des achats chez les fournisseurs marocains pour suivre les nouvelles commandes », souligne Hamid Benbrahim Andaloussi, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas).  Plusieurs composantes de l’A320, qui a fait l’objet des commandes, sont produites au Maroc. Il s’agit principalement d’équipements qui font partie du moteur de l’avion, de câblage et de pièces dans la structure de l’avion. « Par exemple, Maroc Aviation fabrique les pièces composites du cockpit et les structures plancher pour les Airbus  A320», tient à préciser Igounenc.
Lors des Assises de l’Industrie, qui se sont tenues le 20 février à Tanger (voir L’Economiste du 21 février dernier), l’aéronautique a clairement été identifiée comme une réussite dans le cadre du Plan Emergence. Cependant, les opérateurs ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. « Nous ambitionnons de doubler la taille du secteur à horizon 2020 », explique Benbrahim Andaloussi. Cette année a été marquée par l’entrée en service de l’unité de production de Bombardier qui est le troisième constructeur mondial. L’usine a nécessité un investissement de 200 millions de dollars.  S’y ajoutent d’autres ouvertures. Ainsi, deux nouvelles usines de MK Aero et Lelma appartenant aux groupes français Mecachrome et L’Electrolyse ont ouvert leurs portes le 4 mars  dernier dans la zone franche de Tanger.

Les grands acteurs

Alors qu’une centaine d’entreprises spécialisées dans le secteur aéronautique opère au Maroc, un grand nombre d’entre elles est adossé à de grands groupes internationaux. Le groupe Safran est présent au Maroc à travers plusieurs de ses filiales: Aircelle Maroc est spécialisée dans la conception et la production de nacelles de moteurs d’avions. Pour sa part, Labinal Maroc est spécialisée dans l’ingénierie et la production de câblage électrique. L’opérateur historique de l’aéronautique au Maroc est EADS Maroc Aviation, filiale d’EADS Sogerma. Opérant dans la maintenance aéronautique pour le compte des FAR, il fabrique également des pièces aéronautiques en matériaux composites et métalliques pour les plus grands constructeurs. Le Maroc a également développé une expertise dans la maintenance. Une joint-venture entre Royal Air Maroc (RAM) et Air France opère dans ce domaine.  Pour sa part, Matis Aerospace est une société détenue à parts égales par Boeing, Royal Air Maroc et le groupe Safran via sa filiale Labinal. Elle produit notamment des câbles lumineux de signalisation et des câbles pour moteurs.

Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc