×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Santé maternelle et néonatale
La formation des sages-femmes en priorité

Par L'Economiste | Edition N°:3989 Le 15/03/2013 | Partager
Un programme sur trois ans financé par le laboratoire MSD
Le Prix «MSD for mothers» pour l’association El Hayat chaînes de vie

En 2010, le taux de mortalité maternelle signalé dans les zones rurales était de 148 décès pour 100.000 naissances vivantes. L’association Al Hayat cible donc prioritairement les femmes vivant dans les zones rurales et semi-urbaines

LE laboratoire MSD a remis mercredi soir le prix international « MSD for Mothers » à Al Hayat Chaînes de vie, une association qui lutte pour le renforcement des capacités et du professionnalisme des sages-femmes aussi bien dans les zones urbaines que rurales.
Le laboratoire a fait un don de 500.000 dollars pour soutenir l’association dans son combat contre la mortalité maternelle et néonatale ainsi que dans son programme de formation des sages-femmes.
Sur les 600.000 nourrissons qui naissent chaque année dans le Royaume, 12.000 décèdent et 24.000 sont handicapés à vie. Un constat terrifiant que le président de l’association, Moulay Idriss Alaoui, a pointé du doigt. Selon lui, les gestes les plus simples, s’ils étaient appliqués systématiquement, sauveraient 75% de ces nouveaux-nés. En effet, voilà plus de 2 ans que l’association lutte pour sensibiliser l’ensemble de la population et pour faire connaître ce qu’il appelle les 4 chaînes de vie : les chaînes de l’hygiène, de la chaleur (affective et physique), de la respiration et de l’allaitement.
En 2009, une enquête confidentielle sur la mortalité maternelle au Maroc faisait l’analyse de 303 cas de décès pendant la grossesse ou 42 jours après l’accouchement. L’hémorragie était le premier diagnostic et la cause de 33% des décès.
Autre résultat accablant : 85,7% des cas de décès étaient «évitables», selon le rapport. Le don du groupe MSD pour l’association a pour objectif de soutenir son programme de formation des sages-femmes, particulièrement en milieu rural. Il s’agit d’un programme pédagogique étalé sur 3 ans dont le but est de former au mieux les futures sages-femmes pour réduire au maximum les risques d’hémorragie et d’infection après l’accouchement.
Et le moins que l’on puisse dire est qu’il y a bien du chemin à faire. Khadija Habibi, présidente de l’association des sages-femmes du Maroc, dénonce la qualité des formations dispensées aux sages-femmes. « Celles-ci sont très peu formées et, dans plusieurs hôpitaux, n’ont pas la capacité d’effectuer des stages pratiques» confie-t-elle. Par ailleurs, le programme d’Al Hayat s’inscrit dans le cadre de son plan d’action pour aider à atteindre les objectifs de développement du Millénaire à l’horizon 2015.
Ainsi, grâce au «coup de pouce» du laboratoire et de son programme «MSD for Mothers», l’association pourra mettre en route une large campagne de sensibilisation à travers les médias, « une campagne qui sera menée dès le mois prochain », assure la vice-présidente d’Al Hayat, Meriem Othmani. De plus, l’association s’engage à former le personnel hospitalier dans l’objectif de réduire au maximum la mortalité et la morbidité maternelle et néonatale et surtout d’accroître le nombre d’accouchements en milieu surveillé.

 

Sanaa EDDAÏF

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc