×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Résultats annuels
Wafasalaf sauvée par l’automobile

Par L'Economiste | Edition N°:3989 Le 15/03/2013 | Partager
Un PNB qui augmente à peine de 0,2%
Mais une part de marché confortée

La croissance de RN a été plus rapide que celle du PNB grâce à la maîtrise des charges d’exploitation et des risques

A la question de la performance de Wafasalaf en 2012, Laila Mamou, présidente du directoire, rétorque «que l’année a été sauvée». En effet, la société de financement du groupe Attijariwafa Bank a évolué dans une conjoncture plutôt délicate. Pourtant, Wafasalaf a pu maintenir son positionnement. Sa part de marché en production brute est passée de 29 à 29,2% en 2012 et celle en encours s’est établie à 30% sur la même période. Son produit net bancaire (PNB) s’est élevé à 1,053 milliard de DH avec une quasi-stagnation (+0,2%).
La progression du PNB est essentiellement attribuée à l’effort de diversification et de développement de l’activité gérée pour le compte de tiers. Pour sa part, le résultat net de 350 millions de DH a cru de 4,4% à fin 2012. C’est la maîtrise des charges d’exploitation et des risques qui ont permis au résultat net d’évoluer plus rapidement que le PNB. En effet, «Wafasalaf a connu une baisse du coût du risque grâce à une refonte de la gestion du recouvrement», explique Mamou. Par contre, le marché a enregistré une hausse du coût du risque spécifiquement à partir du mois d’octobre. Ainsi, les effets de cette hausse ne seront véritablement perceptibles qu’en 2013. Cette tendance prédit une hausse des taux d’intérêt. En outre, Wafasalaf s’en sort plutôt mieux que le marché en termes de taux d’impayés. Alors que l’ensemble de la profession affiche un taux d’impayés de 12,5%, ce ratio est de 9,5% chez Wafasalaf.
La croissance de Wafasalaf a été principalement tirée par celle du marché automobile. L’an dernier a été une période record avec plus de 130.000 immatriculations. D’autant plus que le taux de pénétration du financement à crédit dans les ventes automobiles a été de 42%. Sur l’ensemble, ce marché a affiché une hausse de 24,4% pour les sociétés de financement. Wafasalaf dispose d’une part de marché de 29,3% dans l’automobile. A l’opposé, l’activité de Wafasalaf a pour sa part connu une détente de 16% sur les prêts personnels. Le marché des ventes de biens d’équipement des ménages a connu une baisse de 3%, l’année dernière. Cependant, Wafasalaf continue à disposer d’une part confortable de 26,2% sur ce segment. Globalement, la production brute du marché a chuté de 0,2%.
Pour 2013, Wafasalaf compte renforcer sa position dans l’activité de recouvrement avec la signature de contrats avec de nouveaux partenaires. Le management de la société de financement est confiant par rapport à l’exercice en cours. L’activité devrait connaître une hausse de 5% dans l’automobile. Pour Wafasalaf, 70% des financements automobiles se faisaient en LOA gratuite avec dépôt de garantie. Or, la loi de Finances 2013 a sonné la fin de ce mode de financement. Les équipes de Wafasalaf devront redoubler d’innovation pour proposer des produits aussi attractifs. En outre, Mamou estime que le marché du prêt personnel devrait plutôt stagner en 2013. Globalement, Wafasalaf table sur une croissance qui oscille entre 2,5 et 3%.


IL.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc