×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Le slam, poésie des jeunes

Par L'Economiste | Edition N°:3970 Le 18/02/2013 | Partager
Un art qui gagne ses lettres de noblesse
25 étudiants de lycées français réunis pour un concert

Les étudiants ont écrit sur des thèmes variés, transmettant des messages de tolérance, de paix, de solidarité ou encore de reconnaissance

 LE slam, cet art oratoire à mi-chemin entre le rap et la poésie, est en vogue dans les lycées français du Maroc. Les étudiants aiment présenter le fruit de leur passion au public. Ainsi, un concert a été organisé, le 13 février, à la Villa des Arts de Casablanca. 25 «slameurs» issus des établissements Lyautey et Massignon ont chauffé la salle, saisissant l’occasion de promouvoir cette forme d’expression artistique abondant d’images et de messages touchants.

Un par un, chacun des lycéens a ainsi clamé son propre texte aux spectateurs. Des paroles drôles ou tristes et qui ont touché la sensibilité du public. «L’idée est de toucher et de secouer les spectateurs par des textes sincères », explique Christelle Almecija, professeur de français au Lycée Lyautey. «Il faut que les mots claquent aux oreilles pour pouvoir faire effet et rester imprégnés dans l’esprit du public», ajoute-t-elle. «Ces étudiants veulent avant tout faire entendre leurs voix et recherchent l’estime de soi. Ils veulent être pris au sérieux», affirme Naima Sad, professeur d’arabe au Lycée Massignon. Cette scène de slam a demandé 4 mois de travail intense. Une dizaine de professeurs se sont investis dans le projet. Avant, ces derniers ont bénéficié de formations spécialisées avant de mettre sur pied des ateliers de près d’une dizaine d’étudiants par classe - soit 200 par établissement – durant lesquels ont été réalisés des exercices de diction, d’écriture et d’expression corporelle. Le concert avait pour objectif de promouvoir cette forme d’art au Maroc, mais pas seulement. La pratique du slam a également permis aux lycées de gagner en maturité, de s’ouvrir aux autres et de s’épanouir à travers une activité ludique et artistique rompant avec les méthodes pédagogiques d’enseignement habituelles.

 

Karim AGOUMI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc