×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Recherche&développement
Les efforts commencent à payer

Par L'Economiste | Edition N°:3952 Le 21/01/2013 | Partager

Soumaya Iraqui Houssaini, directrice des  Technologies avancées, de l’Innovation et de la R&D du ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies: elle dit son plaisir de voir la politique de l’Etat, en faveur de l’innovation, porter ses fruits 

«Ce qu’il y a de bien, c’est que l’on voit arriver des entreprises que nous avons financées  dans des programmes publics de soutien à l’innovation». Soumaya Iraqui Houssaini, directrice des  Technologies avancées, de l’Innovation et de la R&D du ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, voit ainsi que les efforts de l’Etat commencent à payer.
La directrice des  Technologies avancées, de l’Innovation et de la R&D du ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, présidait jeudi 17 janvier 2013, au nom de son ministre Abdelkader Amara, la première réunion du jury des Prix de l’entreprise innovante. Ces prix sont les deuxièmes du genre, ils ont été créés sous le mandat d’Ahmed Chami. Son successeur les a repris et compte bien les développer.
Comme dans la première édition, ces trophées seront décernés selon des critères très précis, avec en face des pondérations, ardemment discutées avant d’être fixées. L’idée est de bien cerner les aspects pour sortir définitivement des approximations qui encombrent encore ce domaine de l’innovation.
Cette année, le jury a décidé d’accroître le poids des partenariats avec les centres de recherches ou les universités. C’est logique dans la mesure où le ministère a lui-même accru le poids des universités dans son jury, l’objectif étant de donner plus de visibilité à ces partenariats. Ils existent. Ils sont productifs, mais ils ne sont pas assez connus en dehors de leur espace professionnel. «Dommage», dit le Pr. Driss Aboutajdine, vice-président de l’Université Mohammed V et membre du jury. «Nous les scientifiques ne sommes pas très habitués à la communication, pourtant nous savons bien que  nous devons  aller au-devant des élus et de l’opinion publique, ne serait-ce que pour des questions de démocratie». Effectivement, c’est le contribuable qui paye, il faut lui expliquer et lui montrer ce que devient son argent.
Pour cette deuxième édition des trophées de l’entreprise innovante, le jury aura  à départager une vingtaine de dossiers. Ils viennent surtout de PME, avec parmi elles,  les entreprises qui ont été financées par les pouvoirs publics. Pour les grandes entreprises, il y a deux prix, un pour les produits, l’autre pour les services. Pour les petites, la compétition porte sur les mêmes prix, plus une distinction qui ira au meilleur procédé.
Une dernière précision: les candidatures sont close depuis trois semaines.


N. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc