×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Boulif au Club de L’Economiste
Electricité: «Les tranches inférieures intouchables»

Par L'Economiste | Edition N°:3943 Le 07/01/2013 | Partager
Du changement pour la moyenne et haute tensions
ONE: Un déficit de 10 milliards de DH à fin 2012

«NOUS devions arriver à une solution il y a deux mois et demi pour la hausse des factures de l’électricité». Mohamed Najib Boulif n’est guère étonné des derniers événements de Sidi Youssef Benali à Marrakech (Voir L’Economiste du 2 janvier).Le ministre des Affaires générales reconnaît que la Radeema fait partie des régies qui ont le plus de difficultés au Maroc. Pourtant, les prix au niveau de Marrakech ne sont pas des plus élevés, lorsqu’ils sont comparés à ceux d’Amendis dans le Nord ou encore Redal à Rabat. Marrakech est dans la tranche moyenne des prix qui est de 85 centimes le KWH. Le tarif de l’électricité le moins cher du Maroc se trouve à Larache avec 75 centimes le KWH. « Ce n’est pas le prix du KWH qui est en cause mais le nombre de familles adossées à un même compteur», tient à préciser Boulif. Le problème de Marrakech pousse à une réflexion plus approfondie qui est née avec l’aggravation du déficit de l’Office national de l’électricité (ONE).  Ainsi, le gouvernement se dirige vers une politique de refonte des tranches de prix de l’électricité. Pour comprendre l’urgence de cette refonte, il faut analyser la composition du prix du KWH. «Nous avons un véritable problème avec l’ONE depuis une dizaine d’années qui est dû à la non-répercussion du prix des matières premières notamment le fuel», tient à préciser le ministre.

2/3 des ménages consomment moins de 110 KWH

La hausse du baril a été supportée par la Caisse de compensation et par l’Office. Pour un KWH qui devrait être vendu à 1,25DH, la commercialisation ne se fait en moyenne qu’à 77 centimes. Pour arriver à ce prix, 25 centimes sont supportés par la Caisse de compensation et les 30 autres centimes sont pris en charge par l’ONE. « Cette situation a conduit à un important dysfonctionnement dans la gestion de l’Office qui a fini l’année 2012 avec 10 milliards de DH de déficit », explique Boulif. Un montant colossal étant donné qu’en 2011 l’Office accusait un déficit de 3,7 milliards de DH (Voir L’Economiste du 1er octobre 2012). Dans une conjoncture aussi difficile, l’Etat n’est plus en mesure d’amortir les fluctuations du prix du baril. Le scénario envisagé s’appuie sur une étude du changement de la tarification lancée depuis 2 ans. L’orientation principale de la réforme se basera sur une refonte des tranches de prix. «La solution est de ne surtout pas toucher aux tranches minimales de 110 KWH et moins », insiste le ministre.  Sachant que plus de 51% des ménages marocains consomment moins de 90 KWH par mois. 62% consomment entre 105 et 110 KWH. Ainsi, la hausse toucherait les plus gros consommateurs. Concrètement, le remodelage se fera au niveau de la structure des prix de la moyenne et de la haute tension.  « Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi au Maroc la moyenne tension est plus chère que la haute tension. Alors que dans tous les pays de la Méditerranée, c’est l’inverse qui se passe », souligne Boulif. 
Autre mesure très attendue : L’Etat compte engager une sortie progressive au niveau de la compensation Fuel-ONE. En fait, la compensation se fait sur la base de deux types de fuel : le fuel 2, le fuel 2 ONE et le fuel 2 spécial ONE. Pour ce dernier, l’Etat verse 5,5 DH le kilo, alors qu’il ne donne que 4,5 DH pour le fuel 2 ONE et 3,7 pour le fuel 2. Etant donné que le fuel 2 spécial ONE est plus performant, sa consommation a fortement augmenté. L’idée est de revoir ce mode de compensation de manière à encourager l’ONE à utiliser d’autres substituts.


IL.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc