×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Egypte: Encore des tensions avec les Emirats

Par L'Economiste | Edition N°:3942 Le 04/01/2013 | Partager
L’arrestation de plus de 10 personnes liées à la confrérie derrière les conflits
Une commission d’enquête pour le suivi de l’affaire

Depuis l’arrivée au pouvoir du président issu des Frères musulmans, Mohamed Morsi, les relations entre les Emirats arabes unis et Le Caire se sont davantage détériorées. Une cellule liée à la direction des Frères musulmans en Egypte a été arrêtée. Elle organiserait des réunions secrètes aux Emirats et recruterait des expatriés égyptiens

Tendues depuis l’arrivée au pouvoir de Mohamed Morsi, les relations entre les Emirats arabes unis et Le Caire se sont encore détériorées. Et pour cause: l’annonce de l’arrestation dans les Emirats d’un groupe lié à la confrérie.
Le 1er janvier a été marqué par le démantèlement par les services de sécurité des Emirats arabes unis d’une cellule des Frères musulmans qui recrutait des Egyptiens dans ce pays, avait annoncé la presse émiratie. De son côté, le porte-parole de la confrérie, Mahmoud Ghozlan, a dénoncé une «campagne injuste» contre ses compatriotes aux Emirats, affirmant que les accusations à leur encontre n’avaient «aucun fondement». Ce qui a poussé le Sénat égyptien à former une commission d’enquête chargée du suivi de l’affaire. Le comité aura pour tâche d’œuvrer pour la libération des médecins égyptiens aux Emirats et d’enquêter sur les circonstances de leur arrestation. Selon la presse égyptienne, plus de 10 personnes appartenant au réseau et liées à la direction des Frères musulmans en Egypte ont été arrêtées. Elles dirigeaient une «organisation qui tenait des réunions secrètes aux Emirats et recrutait des expatriés égyptiens».
Elles ont aussi «collecté d’importantes sommes d’argent qu’elles ont envoyées illégalement à l’organisation mère en Egypte». Le réseau avait, en outre, recueilli des informations classées secrètes liées à la défense.
Face à ces accusations, les autorités du Caire sont restées prudentes. Le ministère des Affaires étrangères évoquant des «efforts» en cours sur l’affaire des arrestations, mais sans fournir plus de détails. Un conseiller du président Mohamed Morsi, Essam el-Haddad, a été dépêché à Dubaï. Accompagné du chef des services de renseignement égyptiens, Mohamed Chahata, l’émissaire égyptien a rencontré le vice-président et Premier ministre, cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, à qui il a transmis une lettre de Morsi destinée au président émirati, cheikh Khalifa ben Zayed Al-Nahyane.
Notons que les Emirats, l’un des pays les plus riches du monde, ont été épargnés par la vague de contestation populaire qui a éclaté dans le monde arabe fin 2010. Mais au cours de 2012, les autorités ont annoncé le démantèlement de plusieurs cellules islamistes en affirmant qu’elles complotaient contre la sécurité du pays.


B. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc