×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Le safran de Taliouine dans les grandes surfaces

Par L'Economiste | Edition N°:3941 Le 03/01/2013 | Partager
Marjane et Maghreb Taswik chargés de la commercialisation
Quelque 5.500 flacons en vente à 38 DH le gramme…

Maghreb Taswik s’occupera de la distribution à l’étranger de quelque 500 flacons de un gramme chacun, soit un demi-kilo en tout. D’un autre côté, 5 kilogrammes seront disponibles sur les étals de Marjane holding, soit 5.000 flacons de un gramme chacun

Bonne nouvelle! Le safran de Taliouine, le vrai, est désormais sur les grandes surfaces. En effet, Maghreb Taswik et Marjane vont s’occuper de la commercialisation, comme phase de lancement, d’une petite partie de la production de cette épice. Une étape importante dans la structuration et l’organisation de cette filière qui souffre depuis des années du circuit informel et de l’avidité des intermédiaires. Bonne nouvelle aussi pour les consommateurs car la certification AOP ou appellation d’origine protégée apporte des garanties sur l’origine, la traçabilité et la qualité de ce produit du terroir. Donc, pas de risques de contrefaçon. De plus, ce label permet de valoriser et d’assurer une répartition juste des revenus de cette épice chez les producteurs.
Ainsi, Maghreb Taswik s’occupera de la distribution à l’étranger de quelque 500 flacons de un gramme chacun, soit un demi-kilo en tout. D’un autre côté, 5 kilogrammes seront disponibles sur les étals de Marjane holding, soit 5.000 flacons de un gramme chacun. Le prix de vente du gramme de safran en stigmates a été fixé à 38 DH. Une convention a aussi été signée avec une société belge pour l’achat de 15 kilogrammes de safran par an, précise Haj Mohamed Belhoussine, Président de la Fédération Marocaine Interprofessionnelle de Safran. «L’obtention du label AOP et l’organisation en Groupement d’Intérêt Economique (GIE) sont une avancée remarquable dans cette filière du safran. Cependant, les producteurs non affiliés continuent de souffrir de non-structuration et de soumission aux intermédiaires. Ils doivent donc commencer par s’organiser en coopératives», a-t-il ajouté. Il faut préciser dans ce sens qu’il existe actuellement une trentaine de coopératives dont 18 sont affiliées à Dar Zaâfarane, Groupement d’Intérêt Economique (GIE). Celui-là même qui reçoit le safran en vrac des coopératives et qui s’occupe de le trier et de le préparer pour la commercialisation. Bien sûr, la qualité, l’hygiène et les bonnes conditions de conservation sont respectées comme l’exige le label AOP. D’ailleurs, de plus en plus, les producteurs sont donc en quête de cette reconnaissance AOP.
Pour rappel, la production du safran ou or rouge au niveau de Taliouine, cette bourgade de 12.000 personnes, est estimée à 3 tonnes par an. Ce chiffre confère au Maroc, la quatrième position au niveau international après l’Iran, l’Inde et la Grèce.

 

De notre correspondante, Fatiha Nakhli

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc