×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Résultats financiers
Cartier Saada fait moins que ses prévisions

Par L'Economiste | Edition N°:3941 Le 03/01/2013 | Partager
Le chiffre d’affaires chute de 16% au 1er semestre 2012-2013
En raison de l’arrêt des exportations des pulpes d’abricots

«La forte baisse du CA est due principalement à l’arrêt  des exportations des pulpes d’abricots consécutif à une production exceptionnelle en Espagne réduisant les prix de 15%», confie à L’Economiste, Hassan Debbarh, DG à Cartier Saada. Malgré une chute de son CA de 16%, la société a réussi à maintenir la baisse de son résultat net à 4,3%.

Cartier Saada n’a pas tenu ses promesses. Le spécialiste de la conserve d’olives et d’abricots de Marrakech qui tient une comptabilité à cheval n’a pas réalisé ses prévisions. La société qui tablait sur une amélioration de son chiffre d’affaires voit ce poste se replier de 16% à 44,6 millions de DH au terme du premier semestre 2012, clos le 30 septembre. «La forte baisse du CA est due principalement à  l’arrêt des exportations des pulpes d’abricots consécutif à une production exceptionnelle en Espagne réduisant les prix de 15%», confie à L’Economiste, Hassan Debbarh, DG à Cartier Saada. La société réalise le gros de ses revenus sur les  ventes à l’export. Elles s’élèvent à près de 41,1 millions de DH, soit près de 92% des ventes globales.
L’Excédent Brut d’Exploitation n’a reculé pour sa part que de 1,5% à 7,7 millions de DH. La baisse a été contenue «grâce, notamment, à un maintien des prix de ventes à un niveau relativement élevé malgré la concurrence acharnée», note Debbarh.
In fine, le résultat net a accusé un repli de 4,3% à 3,5 millions de DH. Une baisse qui s’explique par deux principales raisons.
Le prix d’achat des olives vendues à cette période a augmenté de 4% par rapport à la précédente. Ce qui a impacté directement les coûts. A cela s’ajoute, «l’augmentation du ratio Masse Salariale/Chiffre d’Affaires qui passe de 11,7% à 14% soit une détérioration du ratio de 20%», souligne Debbarh.
Selon lui, cette augmentation s’explique par la progression de 10% du Smig à partir du 1er Juillet 2011 et de 5% un an plus tard.
Le management de la société reste cependant confiant quant à la reprise de l’activité au 2e semestre. «Nous prévoyons une amélioration des ventes sur le segment pulpes d’abricots et une progression des marges sur le segment olives de table», soutient Debbagh. Ces projections ont pour principale origine la remontée prévue des prix de la concurrence internationale.
En termes de stratégie de développement, la société s’est fixée pour objectif de passer d’une production de 7.000 tonnes à 10.000 tonnes en 2015. Pour ce faire, elle s’est engagée dans un plan d’investissement de 27 millions de DH étalé sur 5 ans dans le cadre du plan «M’tiaz».
En Bourse, le cours Cartier Saada enregistrait au 28 décembre une perte annuelle de l’ordre de 2,45% et se négociait autour de 17,50 DH.


Btissam ZEJLY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]economiste.com
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc