×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Taux obligataires
L’effet emprunt international déjà absorbé

Par L'Economiste | Edition N°:3940 Le 02/01/2013 | Partager
Les taux sont repartis à la hausse sur le marché intérieur
La pression ne devrait pas baisser à court terme
L’évolution du déficit budgétaire conditionnera les interventions du Trésor

Source: BAM
Avant l’émission des obligations sur le marché international, les taux des valeurs du Trésor à 52 semaines et 2 ans avaient par exemple augmenté respectivement de 18 et 29 points de base par rapport à leur niveau de début d’année. Il a levé un montant brut de 120 milliards de DH en 2012, soit 20 milliards de plus que l’année précédente

POUR sa dernière adjudication de l’année, le Trésor a levé 2 milliards de DH sur 2 ans à un taux en hausse de 10 points de base. L’effet positif de la sortie à l’international a été de très courte durée. Sur les 13 milliards de DH levés, 10 milliards seront consacrés au remboursement des opérateurs économiques. Cela va donc surtout atténuer la pression sur les liquidités bancaires. Pour le Trésor, les besoins sont toujours aussi importants. Au mieux, le déficit budgétaire devrait se stabiliser par rapport au niveau de 2011 (6,2%). Pour le financer, il a levé jusqu’ici un montant brut de 120 milliards de DH sur le marché domestique, soit 20 milliards de DH de plus que l’année précédente. Des opérations réalisées à des taux élevés. Avant la conclusion de l’emprunt à l’international, les rendements des valeurs du Trésor à 52 semaines et 2 ans ont par exemple augmenté respectivement de 18 et 29 points de base (équivalent à 0,18 et 0,29 point de pourcentage) par rapport à leur niveau de début d’année. La hausse a atteint 0,51 point sur les bons à 5 ans, 0,56 point sur le 10 ans et 0,61 point sur le 15 ans.
De l’avis des professionnels, la pression ne devrait pas baisser à court terme. Les taux vont au mieux se stabiliser par rapport à leur niveau actuel. Le Trésor est connu pour ces fortes interventions sur le marché au premier trimestre, d’où ces prévisions. Il faut attendre le versement du premier acompte de l’impôt sur les sociétés pour peut-être assister à une baisse des levées du Trésor à partir du mois d’avril. Globalement, le niveau des interventions dépendra de l’évolution du déficit budgétaire. Le gouvernement espère le ramener en dessous de 5% à fin 2013. Mais, cet objectif sera difficile à atteindre si le problème de la compensation n’est pas résolu et si le cours du pétrole reste toujours à des niveaux élevés. Les réalisations de cette année le prouvent bien. Les comptes publics ont été principalement plombés par la charge de compensation. Même la hausse des prix du carburant à la pompe, décidée en juin dernier, n’a eu qu’un impact très limité pour réduire la charge.

Renchérissement du coût de la dette des entreprises

La hausse des taux obligataires n’est pas seulement préjudiciable pour le Trésor, mais également pour les entreprises. Une pression à la hausse des taux obligataires va avoir le même effet sur les taux sur le marché de la dette privée. Les rendements des actifs sur ce compartiment sont calculés sur la base des taux des bons du Trésor. D’un autre côté, le comportement de la Bourse n’est pas propice à une évolution favorable des taux. «Les taux et le cours des actions évoluent toujours dans un sens contraire. Quand les cours baissent, les taux des bons du Trésor augmentent mécaniquement», relève un expert.


F. Fa.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc