×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Marrakech
La cité universitaire s’embrase de nouveau

Par L'Economiste | Edition N°:3939 Le 28/12/2012 | Partager
Les étudiants sahraouis contre les camarades d’El Kelaat.
La guerre des gangs atteint les riverains

Il a fallu plusieurs heures aux forces de l’ordre pour mettre fin aux bagarres enclenchées hier au sein de la cité universitaire de Marrakech. Les batailles, à coup de cocktails molotov et agression à l'arme blanche, ont duré jusque tard dans la nuit du 26 décembre

C’est devenu périodique. La cité universitaire de Marrakech s’est encore embrasée dans la nuit du 26 décembre dernier avec une bataille rangée entre forces de l’ordre et étudiants. Les affrontements ont duré plusieurs heures, avec des jets de pierres et de cocktails molotov et des agressions à l’arme blanche, faisant des blessés aussi bien chez les forces de l’ordre que chez les étudiants. Plusieurs manifestants ont d’ailleurs été interpellés. A l’origine de ces incidents une bagarre entre deux étudiantes partageant la même chambre, l’une de Kelaat Sraghna et l’autre sahraouie des provinces du sud. Et comme d’habitude, il n’en fallait pas plus pour que les étudiants résidant dans la cité universitaire en viennent aux mains et se servent des armes blanches avec deux clans qui s’affrontaient: celui des étudiants d’El Kelaat contre leurs camarades sahraouis.
Le mouvement est rapidement sorti de l’enceinte de la cité mené par les sahraouis. Ces derniers armés de bonbonnes de gaz et de cocktails Molotov ont semé la terreur au sein de la cité et auprès des riverains. D’où l’intervention des forces de l’ordre et la bataille rangée qui s’en suivra. Ce n’est que tard dans la nuit du mercredi que les forces de police ont pu ramener le calme dans la cité. «Nous ne nous sentons plus en sécurité dans ce quartier.
A chaque fois, nous devons nous barricader et éloigner nos véhicules, de peur qu’ils ne soient saccagés lors de tels affrontements qui deviennent nombreux», déplore ce chef de famille, résidant à Daoudiat. Ce n’est pas la première fois que la cité universitaire, située dans la zone est le théâtre de tels faits. Ce n’est pas non plus la première fois que des mouvements dits «séparatistes» sont pointés du doigt avec des scènes qui tournent rapidement au drame. Ainsi, chaque mois a son lot d’affrontements entre étudiants d’abord et puis entre résidents et forces de l’ordre. A la rentrée universitaire, les résidents sont sortis dans la rue parce qu’ils n’avaient pas trouvé de lits disponibles.
Et puis, ils ont manifesté contre les conditions de vie et la cantine…Ces mouvements cycliques menacent aujourd’hui la vie estudiantine des autres étudiants, de la faculté de droit qui s’enflamme tout aussi facilement, mais aussi des riverains. Car ces batailles nuisent également au voisinage notamment lorsque les étudiants décident de «délocaliser» leur bagarre hors du site universitaire. Ce qui ne manque pas de se terminer par des interventions des forces de l’ordre comme celle du mercredi dernier. Plusieurs cafés et maisons ont subi au courant des cinq dernières années les assauts répétés des étudiants laissant derrière leur passage de grands dégâts matériels.

 

De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc