×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Corruption: Le Maroc toujours «champion»

    Par L'Economiste | Edition N°:3923 Le 06/12/2012 | Partager
    Un score de 37 qui fait du Royaume un pays très corrompu
    L’Europe mauvais élève du classement de Transparency cette année


    La corruption continue à faire des ravages dans les sociétés partout dans le monde, selon l’indice de perception de la corruption 2012 de Transparency International publié le 5 décembre. Deux tiers des 176 pays évalués dans l'indice 2012 obtiennent un score inférieur à 50, sur une échelle allant de 0 (perçu comme fortement corrompu) à 100 (perçu comme très peu corrompu). Cela démontre que les institutions publiques doivent être plus transparentes et les hauts fonctionnaires plus redevables. La plupart des pays du printemps arabe ont des scores inférieurs ou à peine supérieurs à 40 points. Si la Tunisie affiche un score de 41, le Maroc lui fait pire avec une notation de 37, soit considéré comme fortement corrompu. Pas mieux que l’Algérie qui fait 34 et l’Egypte pire encore affiche un 32.
    Dans le nouveau classement, le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande occupent conjointement la première place avec un score de 90. Ces pays bénéficient d’un accès sécurisé aux systèmes d’information et de règles régissant le comportement des personnes titulaires de fonctions officielles. L’Afghanistan, la Corée du Nord et la Somalie occupent les dernières places de l’Indice. Dans ces pays, le manque de dirigeants responsables et d'institutions publiques efficaces souligne la nécessité de renforcer la lutte contre la corruption. Le Japon et le Royaume-Uni se classent 17e ex-aequo, juste devant les Etats-Unis qui sont 19e. Parmi les pays qui déçoivent figurent ceux de la zone euro les plus affectés par la crise économique et financière. Transparency International recommande régulièrement à l’UE de traiter les risques de corruption dans le secteur public afin de maîtriser la crise financière et à accentuer les efforts pour prévenir la corruption au sein des institutions publiques. Cette année, l'Italie et la Grèce sont respectivement 72e et 94e, n'obtenant que 42 et 36 points, et perdent respectivement 3 places et 14 places par rapport au classement précédent. L'Italie affiche ainsi un niveau équivalent à la Tunisie (41 points), tandis que la Grèce égale celui de la Colombie. Parmi les pays récemment frappés par la crise de la dette, l'Irlande (25e), l'Espagne (30e) et le Portugal (33e) obtiennent des scores supérieurs à 60 points. Moins durement touchées par la crise, l'Allemagne se classe 13e et la France 22e avec des notes supérieures à 70.


    F. Z. T. 

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc