×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Rabat: Une banque de projets pour les jeunes promoteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3921 Le 04/12/2012 | Partager
    Objet d’une étude lancée par l’ANPME et l’APP
    Près d’une quarantaine de projets identifiés
    Les services en tête, suivis du BTP et l’artisanat

    LA région de Rabat n’arrive pas encore à mieux exploiter ses potentialités pour contribuer fortement à la richesse nationale. C’est l’un des constats relevés par une étude sur les opportunités d’affaires au niveau de 5 régions du Maroc dont Rabat. Lancée par l’ANPME avec l’Appui du Partenariat pour le Progrès (APP), gestionnaire du fonds américain Millennium Challenge Corporation, cette étude identifie les opportunités d’affaires au profit des jeunes promoteurs notamment ceux qui dirigent des TPE. Les résultats de ce travail pour la région de Rabat ont été présentés par le cabinet d’études SIS-Consultant. Pour les secteurs agricoles et industriels, la contribution de la région dans la valeur ajoutée nationale (VA) reste faible, rappelle d’emblée Mohamed Chiguer, consultant au cabinet SIS-Consultant. Aussi, les résultats de l’étude ont montré que la région dispose des
    potentialités importantes dans les différents domaines économiques et principalement dans les secteurs des services, de l’artisanat, du BTP, et du tourisme en plus de l’industrie. «Près d’une quarantaine de projets ont été identifiés dont 75% portent sur le secteur tertiaire, 16% pour le primaire et le reste concernant le secondaire», explique Chiguer. «Nous disposons aujourd’hui d’une banque de projets, que nous ne devons pas remiser au placard», indique Latifa Echihabi, DG de l’ANPME. Pour elle, il ne s’agit pas d’un travail statique, mais plutôt dynamique qui nécessite une actualisation avec le temps.
    Le grand défi est d’impliquer les jeunes promoteurs de la région dans la réalisation de ces projets. Pour ce faire, 4 pistes ont été explorées par l’étude. Il s’agit du parrainage, du réseautage, de l’incubation et l’accompagnement des TPE avec le soutien des acteurs locaux notamment les élus et les grandes entreprises. Sur ce volet, Chiguer propose de réserver près 10% de leurs commandes de sous-traitance aux TPE de la région. Les travaux de cette étude ont montré également que l’université n’est pas suffisamment intégrée dans son milieu. Toujours sur le même registre, l’étude prévoit la création d’un site dédié à cette banque de projets qui sera hébergé et géré par la Chambre de commerce, d’industrie et de service de Rabat. Outre les fiches des projets, on peut y trouver d’autres informations utiles aux jeunes promoteurs notamment celles portant sur le financement et la création d’entreprises. Une stratégie de vulgarisation a été également conçue pour toucher le maximum de jeunes promoteurs de la région. Notons par ailleurs que outre Rabat, cette étude pilote concerne 4 autres régions. Il s’agit de Meknès-Tafilalet, Chaouia-Ouardigha, Gharb Cherarda Beni Hssen et Marrakech-Tensift-Al Haouz.

    Selon les résultats de l’étude, les services et le BTP

    constituent les meilleurs secteurs pour développer

    des affaires dans la région de Rabat

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc