×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La CGEM prime les bons élèves de la RSE

    Par L'Economiste | Edition N°:3919 Le 30/11/2012 | Partager
    Six entreprises distinguées dans le cadre du programme Incorporer
    2.000 insertions professionnelles à Casablanca et Tanger

    Lancé en juin 2010, le programme Incorporer a bénéficié à près de 7.000 personnes. Quelque 2.000 ont pu être insérés en milieu professionnel, dont principalement des jeunes en risque d’exclusion sociale (79%) et des femmes victimes de violences (13%).

    Bilan plutôt encourageant pour le programme Incorporer, lancé en 2010 par la commission RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) de la CGEM et la fondation espagnole Caixa. Un programme visant l’intégration professionnelle des personnes en situation ou en risque d’exclusion sociale à Casablanca et à Tanger. Durant ces deux dernières années, l’initiative, à laquelle 325 entreprises et 13 associations ont adhéré, a profité à quelque 6.950 personnes. Principalement des jeunes issus de milieux à risque d’exclusion sociale (79%), de femmes victimes de violences (7%), de personnes en situation de handicap (6%) et d’ex-prisonniers (4%).
    Mercredi, la CGEM a organisé une cérémonie de remise des prix «Incorporer-CGEM», récompensant les entreprises et associations les plus performantes dans le domaine. L’évènement a été tenu en présence du ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Abdelouahed Souheil, et du directeur général de la Caixa Foundation, Jaime Lanaspa. Deux entreprises ont reçu le prix Incorporer-CGEM: le restaurant Relais de Paris de Tanger et la société d’éditique de gestion, Tragem. Quatre autres ont reçu des diplômes de mérite, à savoir AltaSud, Codersa, Pantex et Sodexo. Plusieurs associations ont également été distinguées, dont Anaïss, L’Heure joyeuse et l’Union nationale de femmes marocaines.
    Il faut dire que la formation et l’insertion professionnelle sont le parent pauvre des actions sociales des entreprises. «C’est toujours plus facile pour une entreprise de remettre un chèque à une association», explique Sonia Sanchez, membre de l’association partenaire du programme, Casal Dels Infants.
    Le programme Incorporer se base sur trois actions: La formation et le soutien aux associations partenaires en matière d’insertion professionnelle, la sensibilisation des entreprises et l’intermédiation professionnelle. Le programme se
    charge ainsi de détecter les besoins des entreprises et de retenir les profils adéquats.
    Sur les 6.950 bénéficiaires, 2.000 ont pu être insérés en milieu professionnel depuis juin 2010. Les jeunes des quartiers défavorisés sont ceux qui s’insèrent le mieux (79%), suivis des femmes victimes de violences (13%) et des personnes en situation de handicap (6%).
    Ces dernières années, les initiatives en matière de formation et d’insertion professionnelle se multiplient. C’est le cas, par exemple, de Lafarge qui s’est lancée dans la mise à niveau des écoles en milieu rural, et de Lydec qui facilite l’accès à l’emploi aux jeunes en difficulté ou en situation de handicap.
    Autre référence en la matière, le groupe Delassus qui, avec sa fondation Sanady, dispense des cours de soutien scolaire à 3.000 enfants via 37 centres.


    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc