×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    ONE: Déficits abyssaux!

    Par L'Economiste | Edition N°:3900 Le 01/11/2012 | Partager
    Un trou de trésorerie de 5,2 milliards de DH et 3,7 milliards de pertes
    La situation financière la plus grave des établissements pubics
    Recapitalisation et contrat-programme avant fin 2012

    Ali Fassi Fihri a érigé depuis son arrivée un mur entre les comptes de l’ONE et l’opinion publique

    Les comptes de l’ONE sont au rouge! Même si depuis l’arrivée d’Ali Fassi Fihri à la tête de l’ONE, l’Office ne brille pas par sa transparence, ses difficultés financières ne sont pas véritablement une surprise, du moins pas pour les opérateurs. Depuis le début de l’année, les fournisseurs de l’Office ont vu leurs délais de paiement atteindre des records pour arriver jusqu’à 8 mois (voir L’Economiste du 3 août dernier). Une analyse des derniers chiffres disponibles révèle un déficit abyssal.   L’ONE est de loin l’entreprise publique qui a la plus mauvaise situation financière du pays. A fin 2011, son résultat net s’est établi à -3,7 milliards de DH. La contre-performance est principalement attribuée au recul du résultat d’exploitation. Ce dernier  a affiché un déficit de plus de 2 milliards de DH. S’y ajoute une augmentation de 7,4% des charges financières et un recul de 27,6% des fonds propres. La tutelle ne s’en cache pas.
    «L’ONE traverse de véritables difficultés financières qu’il faut dépasser le plus rapidement possible», reconnaît Fouad Douiri, ministre de l’Energie et des Mines qui s’est exprimé lors d’un débat organisé par la Chambre de commerce suisse au Maroc. La situation est d’autant plus alarmante que l’Office affiche un trou de trésorerie de 5,2 milliards de DH! Fort heureusement, un semblant de solution commence à émerger du côté du gouvernement. «Depuis plusieurs mois, nous avons entamé avec les équipes du ministère des Finances la mise en place d’un contrat-programme qui sera finalisé d’ici la fin de cette année», annonce Douiri.
    Dans ce contrat-programme figurent plusieurs mesures dont certaines portent sur le soutien de l’Etat sous forme de recapitalisation. Le dispositif visera également l’amélioration de la performance opérationnelle après l’opération de fusion entre les deux Offices de l’électricité et de l’eau (ONE/ONEP). Le volet le plus important portera sur l’amélioration  de la rentabilité opérationnelle de l’ONEE. Cela conduira à un certain équilibre entre le prix de revient et le prix de vente.  Selon la tutelle, le prix de l’électricité au Maroc est l’un des plus faibles de la région. Ces effets rentrent dans une politique plus générale de réforme de la compensation qui a été annoncée par le gouvernement depuis son investiture. «Nous travaillons sur un plan de mise en œuvre du ciblage des aides aux populations dans le besoin. Cela touche la Caisse de compensation mais également le prix de l’eau et de l’électricité. Ces mesures seront valables autant pour les particuliers que pour les entreprises», confie Douiri. En effet, plusieurs membres de l’exécutif parlent d’une suppression de la subvention de l’électricité assurée via le fuel ONE et qui coûte 5 milliards de dirhams à l’Etat. Cependant, la tutelle se veut rassurante sur l’avenir de l’Office. L’Etat ne peut laisser tomber un établissement aussi stratégique. «Les perspectives à moyen et long termessont rassurantes puisque nous allons avoir l’entrée en service entre 2013 et 2014 de nouvelles capacités, notamment les centrales à charbon de Jorf 5 et 6», annonce le ministre. Plusieurs  centrales éoliennes seront également opérationnelles dans les prochaines années pour permettre au Maroc d’avoir un mix énergétique et optimiser le prix de revient de l’énergie.
    Ilham BOUMNADE

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc