×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Charia Trading
    Un Marocain rafle le 1er prix aux USA

    Par L'Economiste | Edition N°:3848 Le 16/08/2012 | Partager
    Mostafa Belkhayate écrase une centaine de concurrents
    Son programme respecte strictement la "riba", le "haram" et le "mayssir"
    Il est possible de faire des profits 100% halal

    Après avoir été lauréat en 2009 du Trophée Or de l'Analyse technique à Paris, Mostafa Belkhayate lance en 2010 le premier programme automatique de trading qui respecte les préceptes de la Charia. Consécration en mai 2012 et une première place du podium auprès d'un courtier américain spécialisé en systèmes automatiques de trading

    Le premier programme automatique de trading qui respecte les préceptes de la Charia, créé par Mostafa Belkhayate, vient de lui valoir la consécration. Spécialiste des marchés financiers, et premier marocain à remporter le championnat du monde de la Bourse organisé par l'association des Traders internationaux  de Genève, Belkhayate a décroché la première place du podium face à une centaine de programmes high-tech auprès d'un courtier américain spécialisé en systèmes automatiques de trading!
    Belkhayate Gravity center system accomplit une performance de 120% par an. La Charia trading concerne les opérations réalisables sur les marchés financiers tout en respectant les principes de base de la Charia. En évitant en particulier la "riba", le "haram" et le "mayssir". «Pour la riba, explique Mostafa Belkhayate, à aucun moment l'argent piloté par mon programme ne peut bénéficier des intérêts, sous quelque forme que ce soit. Les fonds qui ne sont pas utilisés en trading restent cash, tandis que les montants importants sont investis temporairement dans des obligations purement islamiques», a-t-il ajouté. Pour le "haram", il n'investit dans aucune société dont l'activité est prohibée par la Charia, telle que le commerce d'alcools, de porc, tabacs, drogues... D'ailleurs son programme n'intervient sur aucune société.
    Enfin, pour le "mayoral", la Charia interdisant la spéculation virtuelle, son programme achète et vend exclusivement des matières premières comme l'or et le pétrole sur le marché spot, c'est-à-dire au comptant. Le trade ou opération achat-vente peut se dérouler en moins de 5 minutes et constitue une transaction commerciale qui ne passe ni par les marchés à terme ni par les effets de levier basés sur le crédit et le "margin" (marges).
    Ainsi, le Belkhayate Gravity center system vient de prouver qu'il est tout à fait possible de réaliser de manière automatique des profits 100% "halal" sur les marchés financiers internationaux. Pour ce qui est du classement, Progressive Trading Group, courtier à Los Angeles, s’est spécialisé sur la sélection internationale des systèmes automatique de trading. Après un premier tri de "backtesting" sur plus de 300 systèmes, 8 systèmes ont été retenus pour gérer de l'argent réel sur les conditions normales de marché. Les trois systèmes de Belkhayate ont raflé les trois premières places, devant des programmes concurrents célèbres et hors de prix. Des résultats qui feront connaître la puissance de la Charia Trading. Belkhayate se dit prêt à expliquer l'enjeu que représente cette activité pour le développement du Maroc. Son idée est de lancer au niveau national un concours de trading sur les marchés internationaux et de fédérer tous les laboratoires de mathématiques des différents corps universitaires pour encadrer les concurrents et défendre la couleur d'une ville, d'une région. Les opérateurs téléphoniques nationaux, IAM, Méditel et Inwi, pourraient sponsoriser des laboratoires en les équipant en ordinateurs et connexions haut débit. Les banques et autres entreprises telles que l'OCP, la RAM… pourraient offrir des prix conséquents pour créer un engouement médiatique dans tout le pays. «A terme, nous devrions avoir dans chaque université une branche "Trading et systèmes automatiques" et pourquoi pas créer au Maroc le premier Centre de recherche et développement de Systèmes automatisés en Afrique», conclut Belkhayate

     

    Fatiha NAKHLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc