×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

France 24: L’audience est surtout arabophone
Entretien avec Alain de Pouzilhac, PDG

Par L'Economiste | Edition N°:3811 Le 22/06/2012 | Partager
6% de taux d’audience au Maroc
Le Royaume arrive loin derrière l’Algérie et la Tunisie

«Je n’ai jamais reçu un seul appel ni de Jacques Chirac, ni de Nicolas Sarkozy ni pour le moment de Hollande pour me dire de faire ceci ou cela. De toute façon, j’aurais refusé parce que mon rôle est de protéger les journalistes», tient à préciser De Pouzilhac

- L’Economiste: Quel bilan dressez-vous des premières années de diffusion de France 24 en arabe? 
- Alain de Pouzilhac: Nous avons lancé la chaîne arabophone en octobre 2010. France 24 a rencontré un immense succès au Maghreb mais également au Proche et Moyen-Orient avec d’importantes performances en Tunisie, en Libye et aussi en Syrie lorsque nous pouvions toujours mesurer l’audience. Au Maroc, nous avons une progression de 250% de notre audience, mais cela reste en retrait par rapport à l’Algérie et à la Tunisie parce que la notoriété de France 24 y est plus faible. La population des 15 ans et plus connaît moins la chaîne. L’objectif est de faire passer la notoriété spontanée qui est très basse de 2 à 12 ou 14%. Cela se fera de manière à ce que les 21% de la pollution des 15 ans et plus (qui regardent la chaîne) passent à 30 ou 45%. Notre part d’audience veille au Maroc (ndlr: en audience quotidienne) sur les 15 ans et plus est de 6%. De manière hebdomadaire, elle s’établit à 21%. Sur les leaders d’opinion, nous sommes à 20% d’audience. Au Maroc, nous sommes le concurrent d’Al Jazeera puisque nous sommes devant Al Arabia même si la chaîne qatarie reste de loin leader.

- Et en termes de langues, laquelle arrive en premier?
- Aujourd’hui, 90% de ceux qui regardent France 24 le font en arabe. Même en France, la moitié de l’audience est en arabe. 
- En tant que chaîne publique française, est-ce que France 24 bénéficie d’une liberté éditoriale?
- J’ai créé France 24 en 2005, nous l’avons lancé en décembre 2006. Je n’ai jamais reçu un seul appel ni de Jacques Chirac, ni de Nicolas Sarkozy ni pour le moment de Hollande pour me dire de faire ceci ou cela. De toute façon, j’aurais refusé parce que mon rôle est de protéger les journalistes. Les seuls appels que j’ai reçu venaient de l’ambassade d’Iran, de la Corée du Nord et de la Tunisie du temps de Ben Ali.

- Et du Maroc aussi…
- Non. Quelquefois il y a eu des discussions parce qu’il y avait des plateaux qui étaient discutables ou discutés. L’indépendance des journalistes est totale. Il n’y a pas de lien entre la politique du gouvernement et les orientations de la chaîne. Il est davantage question de promouvoir des valeurs de la France comme le sens du débat. Il n’y a absolument pas de ramification politique. 

- Est-ce que cette façon franco-française de faire de la télé ne dérange pas certains pays?
- Il nous est arrivé d’être coupé en République Démocratique du Congo pendant plus d’un an et en Côte d’Ivoire du temps de Gbagbo. Nous ne sommes toujours pas à Djibouti. Lorsque nous disons quelque chose qui déplaît, le moyen de nous punir est de nous couper.
- Est-ce que France 24 est rentable aujourd’hui?
-  Non, et je ne pense pas qu’il y ait une seule chaîne d’informations qui soit rentable parce que l’information coûte cher. Le contexte économique est très difficile en ce moment en Europe avec le déficit récurrent, des dettes importantes... Ainsi, dès lors que l’actionnaire (ndlr: l’Etat français) va réduire l’investissement dans le service public, nous devons pouvoir trouver des ressources pour compenser les baisses éventuelles. Pour cela, nous développons de la publicité et des ventes de produits dérivés. L’objectif est que dans l’horizon de 5 ans, 15% du budget de la chaîne viennent de la publicité et des produits dérivés. Cela nous permettra de maintenir et même d’améliorer la qualité des contenus.


Propos recueillis par Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc