×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Evénement

Parc Sindibad
Pas encore dans les starting-blocks

Par L'Economiste | Edition N°:3802 Le 11/06/2012 | Partager
Fin 2013, un délai loin de pouvoir être respecté
Procédures administratives, assiette foncière… ce qui retarde le projet
12 mois et 17 commissions pour décrocher le permis de construire

Perspective de l’entrée du futur parc Sindibad. Il devrait abriter un parc d’attractions (14 ha), un parc animalier (9 ha) et un parc écologique et public (8 ha) en plus d’une aire de stationnement de 480 places

DÉBUT de solution pour «Sindibad» (2,2 milliards de DH), mais encore un long chemin avant que le méga-projet ne voit le jour. Après la dérogation qu’il a fallu attendre des mois et des mois, ce chantier de la métropole casablancaise a enfin décroché l’autorisation de construire (voir aussi L’Economiste édition n° 3636 du 13 octobre 2011). Une autorisation qui ne concerne toutefois que la composante «parc d’attractions et de loisirs» et dont l’instruction a pris exactement 12 mois et nécessité 17 réunions de la commissions ad-hoc. Pour cette partie dédiée aux attractions et aux loisirs, le projet était pourtant conforme aux prévisions des documents d’urbanisme en vigueur qui y prévoient pratiquement les mêmes aménagements. «C’est une procédure qui ne devait pas prendre un temps aussi long», reconnaît Khalid Bennani, nouveau directeur général de Casa-Aménagement, pilote du projet.
En tout cas, avec l’octroi du permis de construire, un gros souci a été solutionné, permettant au groupement Somed et Alliances Développement Immobilier de lancer leurs premiers travaux. Ces derniers concerneront l’aménagement et, en premier temps, le démantèlement des anciens manèges devenus complètement délabrés et constituant un danger pour la sécurité des passants. Encore faut-il souligner que «la société Sindipark, chargée de la réalisation du parc d’attractions et de son exploitation, ne pourra s’installer sur le site et démarrer ses travaux qu’après l’apurement de l’assiette foncière et la résolution des imprévus», souligne le management de Casa-Aménagement.
Dans ce sens, un acte d’occupation temporaire du domaine public a été signé par le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification (HCEFLD) pour une durée de 30 ans. Cette signature, qui devait intervenir au plus tard un mois après la date de la convention relative au projet (12 juillet 2010), a, elle aussi, enregistré un sérieux retard d’environ un an et demi. Ce document permettra aux investisseurs d’aménager et d’exploiter le parc de loisirs qui s’étendra sur une superficie globale de 32 ha. Cet acte régit les modalités de valorisation et de gestion du domaine forestier, et ce, conformément à un cahier des charges pointu qui a été validé par le Comité local de suivi du projet et approuvé par le HCEFLD. Le cahier des charges exige, entre autres, le respect de l’environnement, les constructions en léger et le balisage des chantiers didactiques.
Pour assainir totalement le foncier, il faudrait qu’une trentaine de baraques, des anciens kiosques et cafés libèrent le site. Une opération qui est toujours en cours, selon le management de Casa-Aménagement. Le chantier fait face à d’autres imprévus. Il s’agit de l’indemnisation des anciens employés du parc Sindibad. La convention relative au projet avait prévu «l’indemnisation de 50 employés». Seulement, la commune urbaine a proposé de résoudre définitivement la problématique de tous les employés du parc de Casablanca et qui sont au nombre de 216. A cet effet, une convention d’indémnisation a été adoptée par le Conseil de la ville lors de sa dernière session.
La réalisation du parc de loisirs devrait nécessiter 24 mois de travaux et 346 millions de DH. Il abritera un espace d’attractions (14 ha), un parc animalier (9 ha) et un autre écologique et public (8 ha) en plus d’une aire de stationnement de 480 places. Quant à la partie résidentielle, dont la demande de permis de construire a été déposée en juin 2011 puis reformulée la semaine dernière, elle est toujours en cours d’apurement.

Nouveau DG de Casa-Aménagement

KHALID Bennani est le nouveau DG de Casa-Aménagement. Il est lauréat de l’Ecole nationale des ponts & chaussées à Paris. Après un long parcours dans le conseil et les études dans le domaine de la construction de bâtiments et ouvrages d’art, Bennani occupe en 2006 le poste de directeur du pôle aménagements & infrastructures à la wilaya de la Région du Grand Casablanca. Avant d’intégrer Casa-Aménagement, ce spécialiste en grands projets BTP était aussi conseiller du wali. Créée en 2009, Casa-Aménagement a pour principale mission la réalisation des objectifs du Schéma directeur d’aménagement urbain en général et les grands projets de la ville en particulier. Elle est aujourd’hui le maître d’ouvrage des projets Sindibad et le Grand théâtre. Notons que dans le cadre du chantier «Sindibad», la société est chargée aussi d’aménager, en collaboration avec le ministère de la Culture, un parc archéologique de 5 ha sur le site de Sidi Abderrahmane. Un projet pilote au Maroc qui devrait nécessiter un budget 40 millions de DH.

Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc