×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Economie

Le chômage frôle la barre fatidique des 10%

Par L'Economiste | Edition N°:3776 Le 04/05/2012 | Partager
1,13 million de personnes sur la touche
Un chômeur sur deux est primo-demandeur d’emploi

Le chômage reste un phénomène urbain. Dans les villes le taux dépasse la moyenne nationale de 4,5 points

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement. Le chômage, qu’il s’est engagé à réduire, est en augmentation. La population inactive s’est accrue de 9% enregistrant ainsi l’arrivée de 93.000 nouveaux demandeurs d’emploi au premier trimestre 2012. Ce qui s’est traduit par un accroissement de 0,8 point du taux de chômage comparativement à la même période de l’année dernière le portant au niveau national à 9,9%.
La hausse est plus prononcée dans les villes où le taux de chômage a pris 1,1 point s’établissant à 14,4%. Dans les campagnes, il est de 4,8% contre 4,3% au premier trimestre 2011. Ce sont surtout les jeunes, les femmes et les diplômés résidant dans les villes qui ont du mal à trouver un emploi.  Le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans dépasse la moyenne nationale de 22,9 points. Il est à 32,8% ce qui explique certainement la montée de la violence au sein de cette catégorie livrée à elle-même. Quant aux femmes, elles sont à 12,2 points de plus que la moyenne nationale contre 9,5 points pour les diplômés. Aujourd’hui, quatre chômeurs sur cinq sont des citadins, deux sur trois sont des jeunes âgés de 15 à 29 ans et un sur quatre diplômé de niveau supérieur. Le Haut commissariat au plan qui a dressé le profil de la population active en chômage affirme aussi que près de deux personnes sur trois sont à la recherche d’un emploi depuis plus d’une année et qu’une sur deux est primo-demandeuse d’emploi. La population active au chômage compte aussi 27,2% de personnes qui ont été licenciées ou dont l’activité de leur établissement est à l’arrêt, soit 307.360 chômeurs.
Durant ce premier trimestre, caractérisé par l’attentisme du monde des affaires, la crise en Europe et les incertitudes sur la campagne agricole, 96.000 emplois rémunérés ont été créés. Dans les services, 47.000 nouveaux postes ont été enregistrés, 39.000 dans «l’industrie y compris l’artisanat» et 4.000 dans les  «activités mal désignées», selon la terminologie du HCP.
En revanche, les pertes d’emploi sont importantes et concernent principalement celui non rémunéré. C’est le cas de  «l’agriculture, forêt et pêche» où 157.000 postes non rémunérés ont été perdus. Du coup, le volume de l’emploi du secteur a baissé de 3,7%. Les BTP ne sont pas mieux lotis: 42.000 postes ont été supprimés dont 11.000 non rémunérés. Ce qui s’est soldé par un recul de 3,7% de l’emploi dans ce secteur. 
Plus en détail, les villes ont enregistré 6.000 postes dans les services et 10.000 dans les activités mal désignées contre des pertes de 46.000 emplois dans «l’agriculture, forêt et pêche» et 45.000 dans les BTP.


Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc