×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

La biomasse des algues maritimes s’améliore

Par L'Economiste | Edition N°:3772 Le 27/04/2012 | Partager
Une augmentation de 30% par rapport à 2011
Des efforts restent à déployer quant au respect du repos biologique et la lutte contre la collecte illicite du gélidium
Le phénomène en prolifération à Sidi Bouzid et à l’Est de cette zone

Toutes zones confondues, l’activité de pêche et de traitement des algues marines assure un revenu pour 10.000 personnes réparties entre la pêche, le mareyage, le séchage et la manutention

Le plan d’aménagement de la pêcherie des algues marines donne ses fruits. La biomasse en la matière a enregistré une amélioration de 30 % en 2011 par rapport à 2010. C’est le constat qui a été établi suite à la campagne de prospection menée par l’Institut national de recherche halieutique (INRH) qui a révélé des améliorations au niveau de la biomasse et l’augmentation de la ressource en gélidium, algue naturelle et sauvage. Il faut rappeler dans ce contexte que la mise en œuvre de ce plan d’aménagement s’est traduite par la détermination de la période de pêche, la fixation de l’effort de pêche, et du quota de pêche. La généralisation de l’application de la taxation aux autres espèces non agarophytes pour le suivi de la traçabilité de toutes les  espèces d’intérêt commercial faisant l’objet d’exportation a été également appliquée. Il en est de même de l’instauration d’un quota à l’export des algues marines et de l’agar agar. Une ressource valorisée à 80% via l’industrie nationale de transformation et 20% exportés à l’état brut. Aujourd’hui, des efforts restent à déployer quant au respect du repos biologique et la lutte contre la collecte illicite du gélidium. Un phénomène préoccupant, en prolifération dans des zones comme Sidi Bouzid et à l’Est de cette zone. Il s’agit de sensibiliser les intervenants sur l’importance de la pérennité de l’espèce d’une part, et de la protection du patrimoine national d’autre part. Pour alléger l’effort de pêche sur le gelidium, les nouvelles orientations visent à encourager l’algoculture de gracilaria et l’utiliser pour la fabrication de l’agar alimentaire, sachant que 80% de gelidium rentre dans la fabrication de l’agar alimentaire et 20% dans la fabrication de l’agar bactériologique. 
A noter que dans le Royaume, la zone d’El Jadida concentre à elle seule entre 65 et 70% de la biomasse. Toutes zones confondues, l’activité de pêche et de traitement des algues marines compte une douzaine d’entreprises dont une unité de transformation. Au total elle génère un chiffre d’affaires à l’export de la matière première d’environ 400 millions de DH. Elle assure aussi un revenu pour 10.000 personnes réparties entre la pêche, le mareyage, le séchage et la manutention. En 2010, le prix de la matière première a été en moyenne de 16 DH/kg séché auquel s’ajoutent 4 DH/kg à titre des coûts de conditionnement, manutention et autres frais d’approche.


Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc