×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Emplois et formations: Souhail proteste…

Par L'Economiste | Edition N°:3755 Le 04/04/2012 | Partager

Le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Abdelouahad Souhail, conteste les propos rapportés par L’Economiste du 30 mars 2012. Voici sa protestation:

«J’ai été profondément surpris par le contenu et les termes d’éditorial  du numéro 3752 du vendredi 30 mars 2012 de votre journal L’Economiste, éditorial signé par la directrice de vos rédactions.
Cet article revient sur la rencontre du 28 mars 2012 entre le MEDEF  et la CGEM, en présence d’une forte délégation ministérielle présidé par le Chef du Gouvernement Monsieur Abdelilah BENKIRANE.
Cette rencontre a tenu toute ses promesses, a atteint tous ses objectifs  et a répondu à toute les attentes, sauf apparemment celle de la directrice de vos rédaction. Elle est la seule à avoir constaté des dissensions là ou il n’y en a pas. Elle est la seule à avoir relevé des divergences là  ou elles n’existent pas.
Il est vrai que Monsieur le Chef de gouvernement a plaidé pour une implication plus forte et plus soutenue de la France et du Patronat Français dans l’investissent au Maroc, y compris dans  la formation professionnelle.
En ma qualité de Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, mon intervention et mes réponses aux questions, aussi bien en séances plénières que dans le Panel ad hoc sont allées, contrairement à ce que prétend la directrice de vos rédactions, exactement dans le sens des déclarations de Monsieur le Chef de Gouvernement.
J’ai mis en avant, à cet égard, le fait que mon Département s’est engagé dans l’élaboration d’une nouvelle stratégie de la Formation Professionnelle, assisté en cela, par un cabinet d’études. Il s’agit, en effet, de faire l’évaluation du système actuel, de ses forces, de ses faiblesses et de ses points d’amélioration, en complète synergie  avec tous les intervenants dans le domaine, qu’ils soient publics ou privés. Le but est d’ aboutir à la définition d’une nouvelle stratégie, dans ses composantes, pédagogiques, financières et organisationnelles, qui fait une large part au partenariat public -privé et dont l’ efficience a été démontrée en terme employabilité et surtout en terme de taux d’insertion.
Où se trouvent donc les divergences avec les déclarations du Chef du Gouvernement? 
Ne soyez donc pas surpris que j’invite la directrice de vos rédactions à appliquer ce que devraient être les saines pratiques du noble métier du journalisme en revenant vers les entreprises présentes lors de la rencontre pour vérifier ses informations.
Mais s’il s’agit de simples impressions et de partis-pris alors je conviens que ce n’est peut être pas la bonne approche.
J’aurais voulu me limiter en faits et aux simples faits, objectifs et vérifiables. Mais considérant les autres développements que contient l’éditorial, permettez moi de me poser la question sur le sentiment de surpuissance qui pousse  la directrice de vos rédactions à vouloir faire et défaire les gouvernements. Je rappelle tout simplement qu’en démocratie, la légitimité ne peut venir que des urnes.
Je rappellerais enfin que la démocratie se conjugue essentiellement avec la liberté d’expression.  Je pense que la liberté d’expression est un acquis précieux, tellement précieux qu’il faut veiller à en faire  bon usage».

NDLR: Le meilleur des témoins

Passons sur les attaques personnelles: elles dégradent le débat.
Quand le ministre Souhail a fait savoir qu’il n’était pas d’accord avec les propos de L’Economiste, nous avions espéré qu’il allait effectivement annoncer des actes concrets pour sortir de cet insupportable problème où le Maroc manque de compétences professionnelles, alors que le chômage des jeunes diplômés est devenu un scandale politique et social absolu.
Son texte montre parfaitement que le ministre  veut, au mieux, faire encore une étude, exactement comme nous l’avons rapporté. Et sans vouloir faire de mauvais esprit, ajoutons juste un point: le ministre a raison, la légitimité vient des urnes… auxquelles M. Souhail n’a pas soumis sa candidature.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc