×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Solaire Expo
    L’énergie solaire a désormais son salon

    Par L'Economiste | Edition N°:3718 Le 13/02/2012 | Partager
    La 1re édition a baissé le rideau le 12 février à Marrakech
    Objectif, devenir une plateforme de l’énergie solaire en Afrique
    50 exposants dont la moitié des fabricants étrangers

    LES capteurs photovoltaïques avaient le vent en poupe à Marrakech lors de la première édition du salon international de l’énergie solaire. Une énergie promise à une forte croissance dans les prochaines années. Le solaire (photovoltaïque et thermique), l’hydroélectricité, l’éolien, la biomasse… sont des énergies flux inépuisables par rapport aux énergies stock: pétrole, charbon, lignite, gaz naturel.
    Solaire Expo, qui a baissé ses rideaux le 12 février, ne s’y est pas trompé en dédiant tout un salon à ces solutions. Cette édition ciblait aussi bien les consommateurs finaux que les bureaux d’études et architectes. Et pour une première, elle a réussi à drainer une cinquantaine d’exposants dont la moitié sont des professionnels venus des quatre coins de la planète.
    Fabricants d’équipements, développeurs, grossistes, installateurs ont présenté leurs solutions. Pour l’organisateur, Aicom Events, ce salon ambitionne de devenir une plateforme entre promoteurs et consommateurs. Et à le croire, l’évènement va désormais s’inscrire aussi comme une plateforme de l’énergie solaire en Afrique et dans le monde arabe. «L’idée est de faire connaître cette solution à portée de main», insiste Rachid Bouguern, initiateur et directeur de ce salon. Le Maroc a du soleil à revendre et compte en faire un atout économique. Il s’est doté d’un plan solaire marocain. Objectif: porter les capacités du pays en matière solaire à 2.000 mégawatts, soit 18% de la production nationale actuelle en électricité. Une opportunité qui a séduit de très nombreux développeurs, industriels et investisseurs œuvrant dans l’énergie solaire. Et ce nouveau secteur au Maroc intéresse de plus en plus les équipementiers aussi.
    L’allemand Asola, fabricant de modules photovoltaïques pour le bâtiment et aussi les automobiles figurait aussi parmi les participants à cette 1re édition. Son sales managers France, Philippe Durand Falcoz, «prospecte et suit de très près le plan solaire marocain». Par ailleurs, les participants ont vu défiler dans leurs stands des sociétés privées et publiques intéressées notamment par les lampadaires photovoltaïques pour les éclairages publics. Côté produits, l’accent a été mis sur les nouvelles applications à l’instar d’une valise photovoltaïque conducteur avec un transformateur d’un courant à faible et moyenne tension, ou encore un boîtier économiseur et stabilisateur d’énergie.
    L’évènement solaire de Marrakech était aussi studieux. Plusieurs conférences ont été organisées en marge du salon avec des thématiques sur l’économie d’énergie, la protection de l’environnement, la sécurité, le développement durable et celui de l’énergie solaire au Maroc. D’ailleurs, la conférence, animée par Amin Bennouna, consultant et universitaire, sur les potentialités de la connexion photovoltaïque sur le réseau basse tension du Maroc face à l’interdiction de la loi 13-2009, a remporté un grand succès.

     

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc