×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le SITeau célèbre sa troisième édition

    Par L'Economiste | Edition N°:3714 Le 07/02/2012 | Partager
    Des thématiques autour de l’eau, mais aussi de l’environnement
    Signature d’une convention entre Almae et le CMPP

    La 3e édition du SITeau réunit une trentaine de stands représentant ainsi un large spectre d’organismes concernés par les problématiques de l’eau. L’OCP a tenu à valoriser son engagement écologique par un stand ludique et animé

    COORGANISÉE par l’Alliance Maghreb Machrek pour l’Eau (ALMAE) et la chaire Unesco interdisciplinaire pour une gestion durable de l’eau, la troisième édition du salon international des technologies de l’eau et de l’assainissement (SITeau)  s’est tenue du 2 au 5 février. Au-delà de la sensibilisation aux problématiques technologiques, le but était de conjuguer les réflexions et les efforts des acteurs de  la société civile, économique et politique pour aboutir à une évolution effective des pratiques. Les entreprises étaient particulièrement ciblées dans cette édition.
    Selon Houria Tazi Msadeq, présidente  de Almae, cela s’explique aisément car «la question pour chaque entreprise n’est plus de savoir si elle est concernée par la dynamique vers l’économie verte, mais comment exister avec ce nouveau paradigme, devenu un facteur déterminant de compétitivité». Il ne s’agit pas uniquement d’écologie, mais aussi de rationalisation des coûts d’énergie, d’assainissement et d’entretien. C’est la complémentarité business/environnement qui est soulignée dans ce salon. L’idée est ainsi d’encourager «la création d’entreprises dédiées, ce qui peut même apporter une réponse intéressante aux problèmes de l’emploie que connaît notre pays».
    C’est dans ce sens que Almae a signé avec le Centre marocain de production propre (CMPP) une convention, qui porte sur trois axes. Hanan Hanzaz, directrice du CMPP, a souligné que le premier axe porte sur des modules de formation sur les problématiques de l’eau, en termes d’économie, de traitement, de recyclage et de gestion. Le deuxième s’attache au développement de supports de communication pour la sensibilisation au sujet. Le dernier a trait à la mobilisation de ressources financières par des bailleurs de fonds nationaux et internationaux afin de mener à bien des projets pilotes, particulièrement en termes de recherche.
    Le salon proposait une conférence internationale réunissant notamment des décideurs politiques, comme le ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et l’environement, Fouad Douiri, des représentants de la Confédération générale des  entreprises marocaines (CGEM), et des professeurs et chercheurs marocains et internationaux. Le défi étant de relever les incohérences du terrain et de tenter d’y pallier ensemble. A titre illustratif, Douiri a été sollicité quant à la la loi des pollueurs payeurs qui existe mais qui n’est ni appliquée ni sanctionnée». Les ministères de l’Intérieur et de l’Environnement étaient aussi présents via leurs stands, tout comme un bon nombres d’associations, dont notamment Maroc Solaire Maroc Sans Nucléaire. La faculté des sciences Aïn Chock de Casablanca était aussi à l’honneur, pour interpeller la relève, mais aussi parce que le domaine présente une carence en spécialistes au Maroc, et la formation est la seule réponse possible».

     

    R. A. & M. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc