×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Europe

    Hongrie: Haro sur le régime autocratique!

    Par L'Economiste | Edition N°:3695 Le 09/01/2012 | Partager
    La nouvelle Constitution met le feu aux poudres
    Le nom officiel du pays devient la Hongrie
    Référence religieuse et médias verrouillés

    Plusieurs personnes avaient défilé la semaine dernière à Budapest pour la défense de la démocratie. Un geste qui nous rappelle les événements du printemps arabe

    En ces périodes de crise, la Hongrie «se bordurise». C’est l’une des expressions utilisées par les blogueurs pour décrire la situation en Hongrie. D’autres parlent d’une dictature qui prend forme au cœur de l’UE. Mais quelle mouche a bien pu piquer le gouvernement de Viktor Orban pour adopter une pareille constitution (1) et qui s’éloigne en quelque sorte des principes démocratiques. Réforme de la Banque centrale, loi sur les religions, crimes communistes ou encore fonctionnement du Parlement... un chapelet de lois très contestées par la communauté internationale (UE et USA) mais aussi par les Hongrois eux-mêmes. La Hongrie peut choisir aussi de faire cavalier seul. C’est le cas de le dire, le Premier ministre conservateur hongrois, Viktor Orban, signe et persiste. A vrai dire, il défie l’UE et le FMI. Têtu, il a refusé de modifier la loi réformant la Banque centrale en dépit de la faiblesse record de la devise nationale, le forint.
    Voici les principaux points de la nouvelle constitution hongroise publiée sur différents sites:
    n Hongrie tout court: L’appellation République de Hongrie disparaît au profit de la seule Hongrie. La Constitution rend rétroactivement les socialistes actuels responsables des crimes communistes commis avant 1989.
    n La religion dérange: La Constitution introduit une référence explicite à «Dieu»: «Dieu bénisse les Hongrois». Et pourtant, les communautés religieuses bénéficiant de subventions publiques sont réduites de 300 à 14.
    n Election à un seul tour: La nouvelle loi prévoit l’élection à un seul tour, au scrutin de circonscription et au scrutin proportionnel de liste, avec 199 députés au lieu de 386. Reste que les petits partis ne pourront plus négocier leur désistement en vue d’un second tour. Les reports de voix de candidats non élus au scrutin de liste profiteront à la liste arrivée en tête. Quand même, le droit de vote est reconnu aux Hongrois d’origine vivant à l’étranger.
    n Un appareil d’Etat verrouillé: Le mandat des titulaires de postes importants de l’appareil d’Etat (économie, justice, police et armée) est porté à neuf ou douze ans. Un futur gouvernement d’une autre couleur politique sera en conséquence confronté à un appareil d’Etat hostile, aux mains de fidèles de Viktor Orban.
    n Grande influence sur la Banque centrale: La loi de «stabilité financière» inscrit dans la loi fondamentale le taux unique de 16% de l’impôt sur le revenu, ainsi que le niveau des retraites. Nouveauté: création d’un Conseil budgétaire de trois membres nommés par le Premier ministre, qui aura le pouvoir d’opposer son veto au projet de budget. Ceci dit, l’influence du gouvernement sur la Banque centrale est renforcée. Son président ne pourra plus choisir ses trois adjoints qui seront désignés par le Premier ministre. L’actuel président de la Banque centrale, Andras Simor, est le dernier à faire de la résistance...
    n Un conseil monétaire renforcée: Le Conseil monétaire passe de sept à neuf membres. Les deux membres extérieurs supplémentaires seront nommés par le Parlement, comme c’est le cas pour quatre autres. Le forint, malgré sa faiblesse, devient constitutionnellement la devise nationale. De ce fait, une adhésion à l’euro de la Hongrie, objectif de Budapest à l’horizon 2020, nécessitera au Parlement une majorité des deux tiers. A préciser que la TVA (taxe à la valeur ajoutée) est augmentée de 25 à 27%, le taux le plus élevé de l’UE.
    n Pas d’IVG et pas d’homosexualité: La Constitution décrète que l’embryon est un être humain dès le début de la grossesse. Elle stipule aussi que le mariage ne peut avoir lieu qu’entre un homme et une femme, excluant les mariages homosexuels. Une loi rend les sans-abri éventuellement passibles de peines de prison.
    n La censure toujours là: Radio-télévision et agence de presse MTI sont regroupés en une seule entité supervisée par un Conseil des médias dirigé par une proche du Premier ministre Viktor Orban. L’unique radio d’opposition Klubradio s’est vu retirer sa fréquence. L’on se rappelle que début 2011, Viktor Orban a subi les foudres d’Angela Merkel à propos de sa loi sur les médias. Ce texte était plutôt critiqué au moment où la Hongrie prenait la présidence tournante de l’UE.

    F. Z. T.
    (1) Ou plutôt «Loi fondamentale» selon son intitulé, en vigueur depuis le 1er janvier.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc