×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’Onep décroche un financement allemand

    Par L'Economiste | Edition N°:3689 Le 30/12/2011 | Partager
    Un prêt de plus de 96 millions de DH
    Un appui au programme d’alimentation en eau potable

    L’Office national de l’eau potable (Onep) vient de signer une convention de financement avec la banque allemande Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW). Une enveloppe de près de 96 millions de DH (8,5 millions d’euros) est destinée au financement de la quatrième phase du projet d’alimentation en eau potable rural. La concrétisation du schéma initial se fera à travers la réhabilitation et la mise à niveau de la construction du système d’approvisionnement en eau dans les provinces de Taroudant et de Tiznit. Plus de 65.000 habitants bénéficieront de ce projet. La collaboration entre I’Onep et la KfW remonte à plusieurs années avec des concours totalisant 436 millions d’euros (soit l’équivalent de 4,53 milliards de DH) qui ont permis la réalisation d’importants projets dans le domaine de l’approvisionnement en eau potable tant dans le milieu urbain que rural, ainsi que dans l’assainissement liquide.
    En effet, l’année 2011 a été riche en investissements pour l’Office. Plus de 4,8 milliards de DH ont été engagés pour cette période. L’Office aspire à ramener le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural à 92%. Pour atteindre cet objectif, une série de projets s’inscrivent dans le cadre du programme d’investissement quinquennal lancé en 2010 pour un montant de 26,4 milliards de DH. Dans le détail, 13,6 milliards de DH sont destinés aux zones urbaines et 6,1 milliards au rural. Le reste est consacré à l’assainissement.
    Le programme d’investissement prévoyait qu’à fin 2011, 270 km viendront se greffer au réseau de distribution d’eau. En plus de la programmation de l’intervention dans deux nouveaux centres urbains, pour une population de près de 53.000 habitants. Un investissement qui permettra de réaliser 7 stations de traitement pour un débit de plus de 1.530 litres/seconde. L’Office procédera également à l’équipement d’une vingtaine de puits et forages, la pose de 380 km de conduite d’adduction et la construction de 37 réservoirs d’une capacité de 37.700 m3.
    Dans le cadre de sa stratégie pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable en milieu rural, l’Onep est en train de mettre en place un autre mode de gestion. Il sera basé sur la sous-traitance des prestations de gestion technique et commerciale à des opérateurs privés.

    ONEE

    Le 21 septembre, le projet de fusion entre l’Office national d’électricité (One) et l’Onep, a été adopté à l’unanimité. Le nouvel établissement public est appelé l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE). Ce regroupement se traduira par la réorganisation des activités de production, de transport, de distribution et de commercialisation de l’eau potable et de l’électricité. Au même titre que dans les grandes villes, un système unique de facturation de l’eau et de l’électricité sera mis en place. Le regroupement entre l’ONE et l’Onep impliquera la mise en place d’un seul conseil d’administration. Composé de représentants de l’Etat, il sera présidé par le chef de gouvernement.

     

    IL. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc