×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Nouvel An: Le gotha à Marrakech

    Par L'Economiste | Edition N°:3688 Le 29/12/2011 | Partager
    Shakira, Piqué, Messi, Martin Scorsese, Benzema…
    Plusieurs émirs du Golfe attendus
    Le professionnalisme des sociétés de sécurité critiqué

    Parmi les têtes d’affiche des people de Marrakech, Alain Delon, l’un des habitués qui a acquis une résidence secondaire

    Cette fin d’année encore, la jet-set night sera rouge. L’émir du Qatar Hamad Bin Khalifa Al-Thani, Cheikha Moza, Ali Bongo, Shakira, Piqué, Messi, Martin Scorsese, Benzema, la famille Sarkozy et même le très controversé DSK seront de la fête à Marrakech. Si pour certains ce sera champagne à gogo, pour d’autres c’est plutôt ambiance soirées en famille. Marrakech est en passe de devenir la destination favorite des politiques français. La campagne électorale s’arrête le temps d’un bref séjour. Ainsi, droite et gauche se croisent et se laissent emporter par le charme de soirées Mille et une nuits. Une chose est sûre, l’UMP sera représenté en force. De sources concordantes, Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, serait attendu dans les jours à venir à La Mamounia. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a également opté pour Marrakech pour fêter le passage à 2012. Si Carla Bruni a quitté Marrakech depuis quelques jours, la rumeur est que le couple Sarkozy a décidé d’y revenir pour les fêtes de fin d’année. Même Dominique Strauss-Kahn séjourne à Marrakech depuis septembre. L’ex-patron du FMI avait confié, lors d’une interview, avoir passé un pacte avec Martine Aubry, premier secrétaire du parti socialiste. Une entente qui porte le nom de pacte de Marrakech ! Cette année encore, bien des rencontres «officieusement» politiques devraient avoir lieu à la ville ocre. Les pronostics vont bon train sur la stratégie électorale dont discuteront les ténors de l’UMP à Marrakech et des éventuels contacts avec la Gauche.
    Depuis près de 3 ans, Marrakech est devenue la destination tendance pour le gotha de la politique, les stars et les richards du monde entier. Ces touristes exceptionnels viennent à la recherche du calme, du soleil et surtout de la sécurité. Ils s’éloignent surtout des paparazzis qui n’arrivent pas à les repérer dans les ruelles de l’ancienne médina. Fait nouveau: tout un business juteux s’est créé autour des stars. En 5 ans, le nombre de sociétés de sécurité est passé de 120 à 3.500 pour près de 100.000 emplois créés. Un boom qui s’est accompagné par le manque de professionnalisme d’un nombre important de ces entreprises. «Sur l’ensemble de la profession, pas plus de 25 sociétés sont qualifiées de structurées et aux normes internationales», regrette Rachid El Mounacifi, président de l’Association professionnelle des agences de sécurité au Maroc (APASM). L’accès à la profession n’est pas suffisamment verrouillé et les tentations sont multiples. L’activité se révèle très lucrative. Si en moyenne les tarifs tournent autour de 1.000 à 1.500 euros, ils sont astronomiques auprès des entreprises aux standards internationaux. Mais, généralement, le professionnalisme fait défaut: manque de formation, irrégularité de la situation du personnel, recherche du moins-disant, non-respect de la loi, chiens non dressés... «Il arrive même que le garde du corps se transforme en agresseur», dénonce El Mounacifi. Pour le patron de Dreampart Security, «le garde du corps doit être en mesure de prévenir toute menace dans les plus brefs délais tout en maîtrisant comment se comporter avec le client. Chaque détail est important pour satisfaire cette clientèle très exigeante. La régulation de la profession est d’autant plus importante, que lorsque ces touristes sont satisfaits ils servent de RP pour le Maroc. En ces temps de crise, l’image d’une destination comme Marrakech est primordiale pour le tourisme.

     

    Les émirs du Golfe


    Même les émirs arabes ont un béguin pour Marrakech. De gros calibres sont attendus. A leur tête, l’émir du Qatar Hamad Bin Khalifa Al-Thani et son épouse Cheikha Moza qui ont été séduits par le climat tempéré de la ville ocre. Ils seront accompagnés du Cheikh Tamim Ibn Hamad Al-Thani, le prince héritier du Qatar. Marrakech accueillera également les émirs de Dubaï et Al Sharjah. «L’émir du Bahreïn a aussi été conquis par le charme de Marrakech», confie Zouheir Kharbouche, PDG de BlackWater, une société de sécurité basée à Marrakech. Une délégation de la famille Al Nahyane sera de la partie. Un mini-conseil du Golfe réuni place Jamaâ El Fna ! Voilà un autre signe de rapprochement entre le Maroc et les pays du CCG. Côté africain, le président gabonais, Ali Bongo, qui est accompagné d’une délégation officielle, n’a pas voulu quitter le Maroc sans y passer les fêtes de fin d’année. Et cerise sur le gâteau, une délégation du Congrès américain, constituée principalement de députés d’origine libanaise, a déjà confirmé sa réservation dans l’un des palaces de la ville.


    Ilham BOUMNADE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc