×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Taroudant, eldorado des jeunes retraités

    Par L'Economiste | Edition N°:3687 Le 28/12/2011 | Partager
    Dyar Shemsi offre des villas haut standing au cœur d’une orangeraie
    Un projet de 240 logements vendus à partir de 1,33 million de DH

    Le village de Dyar Shemsi s’étend sur une orangeraie de 28 hectares comprenant des villas plain-pied ouvertes sur des jardins privatifs incluant une piscine en option

    L’arrière-pays d’Agadir attire de plus en plus d’Européens à la retraite à la recherche d’un nouveau souffle de vie. C’est un peu ce phénomène et l’envie de s’investir dans un domaine pas encore exploré au Maroc qui a poussé le groupe immobilier Dyar Shemsi à construire et proposer à la vente un complexe résidentiel original à trente minutes d’Agadir, à proximité de Taroudant. L’idée et le projet sont ceux de deux jeunes promoteurs marocains ambitieux.
    “Tout a commencé alors que nous poursuivions ensemble le cursus d’un MBA. L’idée a germé suite à une rencontre avec un spécialiste de l’immobilier dans un cadre académique. Et nous nous sommes lancés dans l’étude de plusieurs pistes”, racontent Kamil Msefer et Omar Maaouni, dirigeants associés du groupe immobilier Dyar Shemsi. Et c’est ainsi que les deux promoteurs ont conçu le concept marocain des sun cities américaines. Un produit multiservices dédiés aux jeunes retraités actifs. Après étude, le choix de la région de Taroudant a été retenu en raison du microclimat mais aussi entre autres de la proximité d’un aéroport et d’Agadir avec son produit balnéaire de manière à offrir aux acheteurs plusieurs niches d’activités. La particularité du projet vient aussi du fait qu’il est implanté dans une orangeraie. C’est ce qui a séduit de nombreux acquéreurs puisque le site est une ferme d’agrumes. Ainsi les arbres ont été préservés et les villas construites se sont nichées au sein des vergers d’orangers. De fait le village de Dyar Shemsi s’étend sur une orangeraie de 28 hectares comprenant des villas plain-pied ouvertes sur des jardins privatifs incluant une piscine en option. Au-delà de cela, le concept de l’Orangeraie inclut à la fois des loisirs et des services.
    Piscine, restaurant, bibliothèque, Dyar Shemsi intègre différentes activités de détente. De plus, le projet abrite également des modules innovants tels que des cours d’art plastique, d’art dramatique ou encore de langue. A terme, il comptera aussi un spa, un parcours de golf ainsi qu’un potager biologique et un verger d’agrumes, des initiatives originales développées par les résidents de la première tranche du projet. Il offre en outre de nombreux services tels qu’une assistance administrative mais surtout technique adaptée aux besoins des résidents. La palette de services est aussi de proximité. Le projet met à la disposition des acquéreurs une supérette, un room service, le ménage à domicile et le trafic quotidien de navettes vers Agadir. Un service de gestion locative, piloté par une filiale dédiée Dyar Gestion est aussi proposé. Aujourd’hui, après le succès de la première tranche, livrée en février 2011, le groupe est à 75% de commercialisation de la deuxième tranche qui sera livrée au troisième trimestre 2012. Une troisième tranche sera prête pour sa part en septembre 2013. En tout, un projet de 240 villas vendues à partir de 119.000 euros (1.333.000 dirhams). Selon les promoteurs, le coût global du projet est de 350 millions de DH. Une aventure qui a généré une centaine d’emplois permanents sans compter les emplois créés par les chantiers de construction.

     

    Concept de vie


    “Un petit coin de paradis’’, “un havre de paix’’… les riverains de l’Orangeraie de Dyar Shemsi ne tarissent pas de qualificatifs élogieux pour leur nouveau lieu de résidence. Chacun à sa manière, ils disent que ce qu’ils sont venus surtout trouver en ce lieu c’est de la chaleur humaine et une douceur de vivre sous le soleil. Les commodités du village et les services proposés attirent aujourd’hui beaucoup de potentiels acheteurs et pas seulement des étrangers. Des gadiris encore en activité ont été séduits par le site et se sont installés à plein temps dans le village.


    De notre correspondante,
    Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc