×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tétouan: Tecmed accuse aussi

Par L'Economiste | Edition N°:3686 Le 27/12/2011 | Partager
La société rejette une partie de la responsabilité sur la mairie
A Martil, un accord a été trouvé avec les employés

Face à la dégradation de la situation de la gestion des ordures à Tétouan (grèves à répétition, rupture de contrat avec la mairie), Tecmed sort de son mutisme. Pour la société en charge de la gestion déléguée de l’assainissement solide à Tétouan, la situation actuelle est le résultat d’un processus qui s’inscrit dans la continuité. En effet, les grèves dont la ville de Tétouan souffre ont démarré en février dernier et ce malgré la signature d’un accord pour la paix sociale en novembre 2010, par Tecmed, les syndicats et la Commune de Tétouan. De ce fait, la responsabilité est partagée entre ces trois parties, selon Tecmed qui va même plus loin et accuse la Commune de Tétouan de passivité. En effet, cette dernière n’aurait pas réagi pour permettre aux non-grévistes d’intervenir pour désengorger la ville en libérant les camions et autres équipements bloqués par les grévistes.
Tecmed ne peut pas s’empêcher non plus de critiquer la décision de la mairie de mettre en régie le service de collecte des ordures et ce depuis le 20 décembre même si elle concède que cela relève du ressort exclusif de l’autorité délégante. Sans le contester, Tecmed met en avant son caractère inapproprié, vu que malgré tout, les grévistes persistent et qu’aucune solution n’est apportée. Pour Tecmed, la solution à cette situation passe inévitablement par le dialogue. Et l’exemple qu’elle apporte est celui de la commune de Martil pour qui une solution a été trouvée dès le 22 décembre dernier permettant au service de collecte des ordures de redémarrer et cela après concertation entre l’entreprise, la commune de Martil et les syndicats.
Tecmed continue d’ailleurs de réclamer à la Commune de Tétouan, le paiement des arriérés accumulés depuis 2008 d’un montant total de 23 millions de DH, ce qui «porte préjudice à l’équilibre financier de la société» fait remarquer Tecmed. L’accent est mis sur le fait qu’en dépit de ses déboires financiers, elle n’a pas manqué à ses engagements financiers envers ses salariés. La société regrette enfin, l’évolution «chaotique» de cette situation et assure de sa volonté à continuer à œuvrer pour la résolution, de manière efficace de l’ensemble des difficultés. A noter que jeudi dernier, la mairie de Tétouan avait décidé de rompre le contrat la liant à la société Tecmed, reprochant à l’entreprise d’avoir été incapable d’assurer la continuité du service et de régler ses problèmes sociaux.

 

Talbi Alami réagit


Face au chaos l’ex-maire de Tétouan, Rachid Talbi Alami sort de sa réserve, rappelant que lors de son mandat, un accord tripartite de paix sociale avait été signé en novembre 2010. La mairie s’est de facto rendue responsable à la place de la société en s’engageant sur des promesses que la société ne pouvait tenir. Les ouvriers à l’époque bataillaient pour avoir droit aux mêmes avantages financiers et sociaux que les autres employés de la société dans les autres villes. Selon Talbi Alami, actuellement président de la région de Tanger-Tétouan, la seule solution passe par le dialogue, rappelant au passage les couacs de la mise en place de la gestion déléguée. «A l’époque, lorsque la mairie gérait directement ce service, nous devions gérer 2 grèves par semaine» explique-t-il.


De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc