×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprise Internationale

L’automobile casse les prix pour booster la demande

Par L'Economiste | Edition N°:3686 Le 27/12/2011 | Partager
Les commandes ont chuté de 60% ce mois-ci
Des remises de plus de 30% pour la plupart des constructeurs
Mais la marge bénéficiaire risque d’en pâtir à long terme

Le secteur automobile met en place une stratégie de prime à la casse afin de booster une demande ralentie depuis plusieurs semaines, les commandes ayant chuté de 60% ce mois-ci. Ainsi, Fiat, Volkswagen ou encore PSA proposent des remises dépassant souvent les 30%

Mauvais temps pour le secteur automobile. Les commandes ont diminué de près de 60% au 20 décembre comparé à la même période de l’an dernier. La fin de l’année s’avère pourtant être une période déterminante pour ce marché. De plus, 2012 risque d’être une année à risque, le cabinet Euler Hermes ayant prévu une chute de près de 10% des ventes dans l’Hexagone. PSA, quant à lui, pourrait perdre plus de 400 millions d’euros au cours du second semestre.
Pour faire face au problème, les marques ont opté à nouveau pour une prime des casses de grande envergure similaire à celle de l’année dernière, qui avait permis d’assurer plusieurs commandes durant les périodes des fêtes et qui avait attiré un nombre important de clients. Objectif : conserver voire augmenter leurs parts de marché. Cette année, les concurrents du secteur entament une véritable guerre des ventes, n’hésitant pas à allécher le consommateur par des remises de plus de 30% pour plusieurs modèles et par d’importants bonus écologiques. Par ailleurs, ce sont les voitures de petites tailles, les citadines notamment, qui bénéficient des offres les plus attirantes. Ainsi, la Citroën C3 est vendue à 8.900 euros au lieu de 14.200 euros, ce qui correspond à une remise dépassant les 37%. Son rival Peugeot, dont les commandes ont chuté de moitié en novembre dernier, propose quant à lui une 207 au prix de 11.000 euros au lieu de 16.450 euros, soit pas moins de 33% de remise. La marque au Lion traverse en effet une période de transition délicate étant donné que sa 207 arrive bientôt en fin de vie, même si elle sera remplacée par la 208 d’ici mars 2012.Autre marque française menacée par la chute des ventes, Renault propose de céder sa Clio essence à 8990 euros seulement.
Par ailleurs, cette stratégie de prime à la casse concerne aussi bon nombre de marques internationales. Ainsi, l’italien Fiat a baissé les prix de sa Panda et de sa Punto, désormais disponibles à respectivement 6.800 et 10.000 euros, après avoir essuyé un rabais de taille dépassant les 30%. L’allemand Volkswagen, quant à lui, a également lancé une offre des plus compétitives, en proposant de vendre sa Polo Diesel à 10.600 euros, ce qui équivaut à près de 30% de réduction.
Cependant, cette guerre des prix n’est pas sans conséquence. En effet, les marges risquent d’en pâtir. Un problème qui touche particulièrement le constructeur PSA, qui produit beaucoup plus de citadines que son rival Renault, d’autant plus que le prix de revient en France est supérieur de 10% par rapport aux pays d’Europe de l’Est.

Karim AGOUMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc