×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Zones industrielles: En attendant les P2I

    Par L'Economiste | Edition N°:3685 Le 26/12/2011 | Partager
    2.000 ha à mobiliser pour 22 plateformes industrielles intégrées
    «1.500 ha identifiés et confiés à des aménageurs-développeurs»
    Pour l’heure, seule la plateforme de Kénitra est opérationnelle

    Plus une concentration d’unités de production qu’une zone industrielle. Sans réseau d’assainissement digne de ce nom, ni éclairage, des déchetteries sauvages, des taudis et des habitats insalubres tout autour, des routes et sentiers sinueux... le quartier industriel de Sidi Bernoussi incarne bien la difficile promesse des pouvoirs publics de mettre à niveau les parcs d’activités économiques

    L’un des principaux outils, pour reprendre les termes du ministre de l’Industrie sortant, Ahmed Réda Chami, de mise en œuvre du Pacte pour l’émergence industrielle, signé en février 2009, (L’Economiste du 17 février 2009), ce sont les plateformes industrielles intégrées. Sur le papier, les propositions de «valeur» des P2I aux investisseurs portent sur six points: offre immobilière flexible, offre logistique intégrée, offre de services variés, offre de formation intégrée, connectivité logistique à la ville, guichet administratif unique et zone franche.
    Parallèlement aux P2I, le pacte promet également un programme de réalisations de zones d’activités économiques, mais surtout de réhabilitation des zones industrielles. A trois ans du deadline, qu’est-ce qui a été fait?
    A en croire le ministère de l’Industrie, «il y a eu des avancées significatives, suite à la création de la Société foncière Emergence». Une structure qui permet aux investisseurs désireux de s’y installer de bénéficier d’une offre locative avantageuse. Le foncier, pour 10 des 22 plateformes annoncées dans le pacte, a été identifié et placé auprès des aménageurs-développeurs, soit 1.500 ha sur les 2.000 à mobiliser. Mais à ce jour, peu de plateformes, en dehors de celles de Kénitra, destinée à l’industrie automobile, de Rabat et de Casablanca pour l’offshoring, sont réellement opérationnelles. Mais pour Chami, «la balle est plutôt dans le camp des opérateurs économiques» qui rechignent encore à s’installer dans ces nouvelles zones.
    Qu’en est-il du projet de réhabilitation des zones industrielles, 10 au total dont l’une des plus importantes et la plus ancienne du pays (ZI de Bernoussi)? Il faudra peut-être compter sur le successeur de Chami. A en croire des opérateurs économiques, l’objectif de développer l’offre foncière à travers justement la réhabilitation de ces espaces d’activités est encore à l’état de promesse. Les déficiences dans ces zones, notamment celle de Sidi Bernoussi, sont énormes. C’est le cas aussi dans la province de Settat où de plus en plus d’usines sont à l’arrêt depuis un bon moment et en friche. D’autres préfèrent plier bagages et aller s’implanter ailleurs. C’est le cas de Delphi (industrie automobile) qui a «délocalisé» à Tanger. Ici et là, on traîne encore aujourd’hui le lourd héritage des zones industrielles où le politique le disputait au business. Le tout basé alors sur des modèles de gestion aujourd’hui largement dépassés qu’assuraient sans panache municipalités ou autres chambres de commerce, voire communes.
    A l’exception de Tanger, des technopôles aménagés et développés par MedZ ou encore quelques timides initiatives privées, notamment le parc industriel de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc à Bouskoura… le reste du parc n’a de zone industrielle que le nom. Une récente enquête de la Banque mondiale sur le climat des affaires au Maroc faisait ressortir que «39% des entrepreneurs marocains estiment que l’accès à un site industriel représente un obstacle majeur pour le développement de leur entreprise».
    Un seul mot, désuétude, et une seule idée, offre inadaptée aux besoins, résument l’état de santé des zones industrielles.

    Bachir THIAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc