×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:3683 Le 22/12/2011 | Partager

France: Polémique sur le retrait d’implants mammaires
LES autorités sanitaires françaises pourraient demander d’ici la fin de la semaine à 30.000 femmes de se faire retirer des prothèses mammaires PIP après plusieurs cas de cancers suspects. Une décision qui concernerait aussi des dizaines de milliers de femmes à l’étranger. L’affaire n’est pas mineure: fondée en 1991, Poly Implant Prothèse (PIP) a un temps occupé le rang de numéro trois mondial du secteur, fournissant quelque 100.000 prothèses par an, dont elle a exporté 80% à l’étranger, notamment en Espagne ou en Grande-Bretagne. En cause aujourd’hui, le recours de manière frauduleuse par PIP à un gel de mauvaise qualité pour fabriquer ses implants. Ce gel, dix fois moins coûteux que le gel conforme, entraîne des risques accrus de rupture de l’enveloppe de la prothèse, avec pour conséquence l’inflammation des tissus environnants et des suintements de silicone. Pour l’instant, les liens de causalité entre prothèses PIP défectueuses et cancers ne sont pas avérés.

 

L’OCDE analyse les coûts unitaires de la main-d’œuvre
Selon les estimations de l’OCDE, les coûts unitaires de la main-d’œuvre (CUMO) dans cette zone ont enregistré un recul de 0,3% au 3e trimestre de 2011. Ces coûts sont en baisse dans la plupart des grandes économies. Ils reculent de 0,4% au Canada et en Allemagne et de 0,3% aux USA, en raison d’une amélioration de la productivité du travail. Plus loin, les coûts sont en baisse de 1,7% au Japon, en partie en raison d’un rebond technique de la croissance du PIB après le tremblement de terre. Une plus forte croissance de la rémunération du travail par unité de main-d’œuvre engendre des hausses des coûts unitaires de la main-d’œuvre de 1,3% au Royaume-Uni et de 0,5% en France. Dans la zone euro, ces coûts restent stables (0,1%), après une hausse de 0,6% au 2e trimestre. Parmi les autres pays de la zone euro, les CUMO sont en hausse en Autriche (0,5%), en Belgique (1,9%), en Finlande (0,3%), aux Pays-Bas (0,7%) et en République slovaque (0,3%). En revanche, ils sont en baisse en Espagne (-1,3%). A préciser que les coûts unitaires de la main d’œuvre mesurent le coût moyen de la main d’œuvre par unité produite. Une augmentation de ces coûts signifie que la croissance de la rémunération moyenne du travail par salarié dépasse la croissance de la productivité du travail. Ceci peut engendrer des pressions sur les prix à la production.

Aviation: Est-ce la guerre commerciale?
L’UE a remporté une victoire dans son bras de fer avec les compagnies aériennes. Et ce, avec la validation par la justice de l’obligation d’acheter des quotas de CO2 pour les vols sur son territoire, qui risque de déclencher une guerre commerciale avec les Etats-Unis et la Chine. Pour rappel, les Européens ont décidé en 2008 d’obliger toutes les compagnies aériennes desservant les pays de l’Union, y compris donc les étrangères, à acheter l’équivalent de 15% de leurs émissions de CO2 à compter du 1er janvier 2012, pour lutter contre le réchauffement climatique. La loi européenne prévoit des sanctions pécuniaires d’un montant de 100 euros par tonne de CO2 et une interdiction de vol dans l’UE pour la compagnie réfractaire. Les compagnies américaines ont dénoncé une mesure discriminatoire et un droit d’accise (taxe) sur le carburant prohibé par la convention de Chicago sur les redevances d’aéroports et déposé un recours en Grande-Bretagne. Saisie de la question, la Cour européenne de justice a rejeté, mercredi 20 décembre, ces arguments.

France/enchères: Crise, connaît pas!
Les ventes aux enchères ne semblent pas souffrir de la crise. Christie’s, Sotheby’s et Artcurial ont fini l’année avec des ventes en hausse en France, et l’hôtel Drouot a vu les siennes également progresser. Même si le marché est apparu plus tendu au deuxième semestre. Christie’s est arrivée en tête comme en 2010, avec des ventes de plus de 195 millions d’euros, en hausse de plus de 10% par rapport aux 176,5 millions d’euros de l’an dernier. C’est la troisième meilleure année pour la maison depuis dix ans, après 2009, marquée par la vente exceptionnelle de la collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, et 2006. Cette année, elle a réalisé 21 ventes au-dessus d’un million d’euros. Juste derrière, Sotheby’s a affiché des ventes de 190 millions d’euros, soit une hausse de 8,6% par rapport aux 175 millions de 2010.
C’est le record historique pour la maison d’enchères en France depuis dix ans avec, cette année, 29 adjudications supérieures à un million d’euros. La maison française Artcurial Briest Poulain F.Tajan est arrivée en troisième position derrière ses deux concurrentes anglo-saxonnes.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc