×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Bowling de Casablanca
Le promoteur belge jette l’éponge

Par L'Economiste | Edition N°:3682 Le 21/12/2011 | Partager
Un homme d’affaire marocain reprend le projet
La construction d’un hôtel prévue
Le bras de fer avec le restaurant «A Ma Bretagne» toujours non réglé

Les ouvriers ont quitté depuis plusieurs mois le chantier du bowling sur la corniche de Casablanca. Le promoteur du projet aurait laissé tomber l’affaire à cause des tracasseries administratives et un procès sans fin avec le restaurant A ma Bretagne

Le projet du bowling sur la corniche de Casablanca tombe à l’eau. Pourtant, le chantier était bien avancé mais depuis quelques mois les engins de construction ont quitté les lieux. Le bâtiment qui a nécessité un investissement de 50 millions de DH affiche aujourd’hui une image de désolation au milieu de la frénésie qui règne dans le secteur depuis l’ouverture du Morocco Mall, le 5 décembre dernier. Le promoteur du projet, Eric Janssens, aurait jeté l’éponge, «dégoutté par des tracasseries administratives et un procès sans fin avec le restaurant «A ma Bretagne». Ce dernier, rappelons-le, a réalisé depuis 1989 plusieurs investissements dans le sud du Royaume, notamment dans l’industrie du poisson et de l’immobilier. Sur son projet de bowling, le directeur de la société Strike International était en conflit avec la célèbre table casablancaise pour une question de voie d’accès et de la construction d’une palissade sur le terrain du restaurant. Une bataille de voisinage dont le dossier a été soumis à la Justice en 1997 et qui attend toujours son dénouement (cf. www.leconomiste.com, édition 26 juin 2008). Selon nos informations, l’homme d’affaire belge serait à l’étranger actuellement.
Le dossier ne semble pas prêt d’être réglé car le projet a été repris par un homme d’affaires casablancais (il requiert l’anonymat) qui compte y construire un hôtel. Les autorisations sont en cours de validation. Ce que déplore la direction de «A ma Bretagne» dans la mesure où aucune «solution n’a été trouvée pour régler la situation». De fait, le fleuron gastronomique, créé il y plus d’un demi siècle et décrit comme une des meilleures tables du Maroc, se trouve aujourd’hui pris en étau entre le Morocco Mall et le chantier du bowling. Une zone qui aujourd’hui connaît de gros problèmes de circulation et de stationnement. Si l’établissement gastronomique continue son activité c’est parce que son patron, André Halbert, ne veut pas abandonner un projet, lancé en 1957 par son père, dans lequel il dit avoir «beaucoup investi».

Fatima EL OUAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc