×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Competences & rh

    Benhima: «Je ne veux pas me calmer, j’aime trop les défis»

    Par L'Economiste | Edition N°:3681 Le 20/12/2011 | Partager
    Il revient sur son parcours riche en expériences
    La conduite du changement, son cheval de bataille
    Ses conseils aux futurs dirigeants

    «Je n’ai pas songé un seul instant à m’installer en France car je pensais qu’il était de mon devoir de faire profiter ma patrie de mes compétences», a déclaré Driss Benhima, PDG de la RAM, aux élèves du lycée Massignon

    «Je suis fier d’une carrière de plus de 33 ans à mener la bataille du changement». C’est en ces termes que Driss Benhima, PDG de la RAM, s’est adressé aux élèves du lycée Louis Massignon à Casablanca, lors d’une rencontre organisée par l’établissement le 14 décembre dernier. L’initiative s’inscrit dans le cadre du rendez-vous, «Vocations», lancé par l’association des parents d’élèves Massignon (APEM). Ces rencontres doivent permettre d’échanger avec élèves, parents et enseignants sur le parcours réussi de la personnalité invitée. Comment transformer un «fat cat», en l’occurrence RAM installée depuis longtemps en situation de monopole, en une compagnie capable de résister dans un environnement de plus en plus concurrentiel? En répondant à la question, Driss Benhima n’a pas manqué de revenir sur son parcours depuis 1978, année de l’obtention de son diplôme d’ingénieur de l’Ecole des Mines de Paris. «Je suis rentré le jour même de l’obtention de mon diplôme pour effectuer mes stages au Maroc. Je n’ai pas songé un seul instant à m’installer en France car je pensais qu’il était de mon devoir de faire profiter ma patrie de mes compétences», se rappelle-t-il.
    Benhima intègre très vite l’Office chérifien des phosphates (OCP) en tant qu’ingénieur d’exploitation à ciel ouvert dans la mine de Sidi Daoui à Khouribga. «Je suis parti en 1990 quand j’ai senti que l’Office ne me laissait pas exprimer tout mon potentiel» témoigne-t-il. Benhima déconseille aux jeunes de «se laisser piétiner dans une entreprise» ou d’adopter «un low profile». «A mon âge, je devrais normalement me calmer mais j’aime trop les défis. Et je veux changer les choses», poursuit-il, invitant les jeunes à faire de même pour bien évoluer dans leurs carrières futures. Directeur de l’Office national de l’Electricité, ministre des Transports, de la Marine marchande, du Tourisme, de l’Energie et des Mines sous le gouvernement El Youssoufi, wali de Casablanca…Benhima occupe plusieurs postes de responsabilités avant « d’atterrir à Royal Air Maroc », en 2004.
    Un poste qui n’est pas de tout repos. «Devoir licencier des agents trop bien payés dans un environnement de plus en plus concurrentiel et face à un syndicat fort, vieux de plus de 50 ans n’est pas chose aisée», affirme-t-il. Pourtant, l’opération semble se dérouler plutôt bien à ce jour.
    En effet, sur les 1.560 départs prévus sur 3 ans, les 2/3 des salariés ont déjà accepté de partir (1087) en l’espace de 4 mois, en empochant des indemnités «généreuses». Bien supérieures à ce que leur aurait accordé un tribunal, selon Benhima. 

    Dates-clés

    Ingénieur diplômé de l’Ecole polytechnique de Paris et de l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris, Driss Benhima est affecté à l’OCP, en 1978.
    Après un court passage par le privé, Benhima réintègre le secteur public en 1994 suite à sa nomination à la tête de l’ONE. En 1997, il est nommé ministre des Transports, de la Marine marchande, du Tourisme, de l’Energie et des Mines sous le gouvernement El Youssoufi.
    En 1999, feu S.M. le roi Hassan II le nomme Président-délégué du Comité national chargé de présenter la candidature du Maroc pour accueillir le mondial 2010 de football.
    Driss Benhima est nommé pour 3 ans (juillet 2001-mars 2004), wali du Grand Casablanca. Il a été également directeur général de l’Agence pour le développement des provinces du Nord (ADPN). Le 5 fevrier 2004, Benhima est nommé PDG de la Royal Air Maroc.

    A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc