×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Europe

    France: L’Insee prévoit une brève récession

    Par L'Economiste | Edition N°:3680 Le 19/12/2011 | Partager
    Il sera difficile d’atteindre le 1% de croissance prévu
    Le chômage atteindra 9,6% en juin

    L’INSEE est plutôt alarmiste ! La France devrait connaître une brève récession au 4e trimestre 2011 et au 1er trimestre 2012 et il sera difficile d’atteindre l’an prochain la prévision de 1% de croissance sur laquelle le gouvernement a basé son 2e plan de rigueur.
    L’activité économique redémarrera faiblement au 2e trimestre mais l’acquis de croissance pour 2012 sera alors fin juin de 0%.
    Justement comment équilibrer la balance? «Pour atteindre 1% de croissance, il faudrait que le PIB croisse de 1,3% sur chacun des deux derniers trimestres», ont indiqué les experts de l’Institut national de la conjoncture et des études économiques.
    Il est clair que cela est difficile. Pour la France, les enquêtes de conjoncture montrent actuellement un fort ralentissement de l’activité prévoyant un recul du PIB de 0,2% au 4e trimestre par rapport aux trois mois précédents, suivi d’une contraction de 0,1% au 1er trimestre 2012.
    Il s’agirait donc d’une brève récession, dont la définition technique est un recul du PIB pendant deux trimestres consécutifs au moins. La France était sortie au printemps 2009 d’une année de récession. Une timide reprise de 0,1% est attendue sur avril-juin.
    Pour 2011, l’Insee a revu en baisse sa prévision d’expansion de l’activité économique, à 1,6% contre une prévision de 1,7% dans sa précédente note de conjoncture en octobre. Le gouvernement table sur 1,75%. Sur le front de l’emploi, la situation continuerait de se détériorer.
    Le chômage, qui était de 9,3% en France métropolitaine au 3e trimestre atteindra 9,6% en juin, selon l’Insee. Pour la France entière, il devrait être alors de 10%.
    Un scénario compliqué se dessine mais ne semble pas inquiéter François Baroin, ministre de l’Economie: «Si les prévisions de l’Insee se confirment, ça ne changera rien aux objectifs que nous avons fixés pour 2011, nous serons au rendez-vous de la réduction des déficits», a-t-il souligné. Pour lui, un troisième plan de rigueur était exclu.

    F. Z. T. avec AFP

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc