×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Nouvelles tendances dans le luxe
Gros rush vers la chirurgie esthétique

Par L'Economiste | Edition N°:3679 Le 16/12/2011 | Partager
Botox, acide hyaluronique,…le rajeunissement du visage se démocratise
Rhinoplastie, lifting, seins… Les prix entre 20.000 et 50.000 DH

La chirurgie peut réconcilier certains avec leur image. Pour de nombreux spécialistes, toute demande d’opération est d’abord le fruit d’une fragilité psychologique

Oreilles décollées, nez aquilin, hypertrophie mammaire, culotte de cheval… L’obsession de la beauté voire de la jeunesse éternelle se développe chez les Marocaines, une tendance qui se propage même aux hommes, aujourd’hui demandeurs d’implants de cheveux ou de plastie abdominale. D’où l’émergence de cliniques ou de centres de chirurgie esthétique de luxe. «Si elle est ainsi qualifiée, c’est parce qu’elle est coûteuse et pas urgente», précise Dr Fayçal El Kouhen, chirurgien plasticien à Casablanca. «Il s’agit surtout d’une chirurgie de confort qui va permettre d’améliorer en priorité le côté psychique de la personne», dit-il. Le jeune chirurgien explique ce volet par les attentes surtout psychiques de certaines patientes: «la forme de mon nez me dérange, ma poitrine est trop petite, trop grosse, je ne trouve pas de vêtements à ma taille… ». Des attentes accentuées par les diktats de la mode véhiculés par les magazines et autres stars à la plastique irréprochable (mais à quel prix ?). Au Maroc, les demandes de chirurgie esthétique se multiplient. Selon les estimations du spécialiste, les demandes les plus fréquentes concernent la rhinoplastie (1 demande sur 5), la liposuccion (20%), la chirurgie mammaire (20%) et la chirurgie du visage (20%). Il existe d’autres chirurgies qui commencent à se développer, comme dans le cas du post-amaigrissement et de l’obésité. Les patients traités avec des anneaux gastriques et des chirurgies digestives et qui perdent ainsi jusqu’à 60 Kg, se retrouveront avec des excès de peau, fort disgracieux, au niveau des bras, des seins des cuisses ou encore du ventre.
La chirurgie esthétique a un coût. De nombreux centres offrent des options de financement. Ainsi, une opération est proposée entre 20.000 à 45.000 DH. Un lifting du visage coûte près de 50.000 DH. De son côté, la rhinoplastie (une opération chirurgicale qui modifie la structure du nez externe) varie entre 25.000 et 35.000 DH. Y a-t-il une prise en charge pour ce type d’opérations? Certaines mutuelles le font, quand il ne s’agit pas d’embellissement.
Fatim-Zahra TOHRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc