×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Lorsque les villes votent «nul»

Par L'Economiste | Edition N°:3678 Le 15/12/2011 | Partager
Bulletins nuls: un phénomène urbain?
Taux élevé de participation au Sahara

Le nombre de bulletins nuls est en croissance soutenue au fil des rendez-vous électoraux. Cette expression du désintérêt des citoyens des programmes des partis politiques limite le nombre d’électeurs qui expriment effectivement un choix politique

EXPRESSION du désintérêt des citoyens vis-à-vis des partis politiques ou de leurs programmes, les bulletins nuls constituent une caractéristique persistante dans les opérations électorales au Maroc.
Le nombre des bulletins nuls a connu une croissance soutenue depuis 1963 où ils étaient de seulement 123.846 pour atteindre 1,13 million en 2007 et 1,36 million en 2011, selon les chiffres présentés par le politologue espagnol, Bernabé Lopez Garcia, lors d’un débat organisé récemment à l’Ecole de gouvernance et d’économie à Rabat (EGE). Les responsables de cet établissement ont mis en place une cartographie des résultats du dernier scrutin où figurent notamment les taux de participation et de bulletins nuls par circonscription (www.actionpublique.ma). En l’absence de données officielles (on se demande d’ailleurs pourquoi on a tant tardé à les publier), les chiffres mis en place par l’EGE, «provenant de sources concordantes», selon les initiateurs de ce projet, permettent de déterminer l’importance de «la participation réelle», selon la définition des spécialistes qui estiment que «la comptabilisation des bulletins nuls biaise le taux de participation effectif et ne traduit pas le nombre d’électeurs qui ont exprimé un choix politique».
L’analyse de ces données permet de souligner que le taux de participation a atteint des niveaux très importants dans les provinces du Sud, avec plus de 70% dans plusieurs circonscriptions. Le plus intéressant reste le fait que le taux des bulletins nuls reste très faible dans ces circonscriptions. A Tarfaya où 78% des inscrits sur les listes électorales se sont déplacés aux bureaux de vote, nous retrouvons seulement 7,7% de bulletins nuls. Idem pour Assa Zag avec 76,6% de participation et 9% de bulletins nuls. Cette tendance ne se limite pas au Sahara et s’étend à d’autres circonscriptions au centre du Royaume comme celle de Boulemane où la participation n’a pas été aussi importante (58,7%), mais les votes nuls n’ont pas dépassé 2,2%. La circonscription de Chichaoua s’inscrit dans la même tendance avec 50,8% des électeurs ayant fait le déplacement dans les bureaux de vote avec seulement 1,5% de bulletins nuls. Cette configuration change dans les autres régions du Royaume où le nombre des votes nuls a atteint des niveaux importants dépassant dans certains cas la moitié du taux de participation local. C’est notamment le cas dans les grands centres urbains comme Casablanca où les différentes circonscriptions ont été caractérisées par un nombre élevé de bulletins nuls. La métropole qui a souvent connu un faible taux de participation, s’est caractérisée cette année par l’importance des votes nuls dépassant souvent la moitié du taux de participation. C’est notamment le cas à Hay Hassani avec 29,1% de bulletins nuls pour une participation de 37,4%, Anfa (28,5% de bulletins nuls contre 38,5% de participation) ou encore Moulay Rachid (30,7% de bulletins nuls contre 33,7% de participation). Cette tendance s’étend aux autres grandes villes, notamment les deux circonscriptions de la capitale Rabat avec des votes nuls à hauteur de 25,3% pour la circonscription l’Océan et 21,9% pour celle de Chellah, contre une participation respectivement de 47% et 50,1%. Les circonscriptions de Fès ne s’éloignent pas de cette configuration, notamment à Fès Nord (25,8% de bulletins nuls contre 46% de participation) et Fès Sud (20,5% contre 47,4%).

M. A. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc