×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Agadir/législatives
    Des recours en justice contre le RNI

    Par L'Economiste | Edition N°:3677 Le 14/12/2011 | Partager
    L’Istiqlal et l’USFP accusent la formation de Mezouar d’irrégularités lors des élections
    Plainte auprès de la Cour constitutionnelle

    LES politiciens de la ville d’Agadir sont encore dans l’ambiance des élections. Après la campagne électorale et le résultat du scrutin, c’est l’heure des règlements de comptes pour «dénoncer des irrégularités». Celui qui est actuellement dans la ligne de mire des candidats de l’Istiqlal et de l’USFP à l’échelle locale, c’est le RNI et plus particulièrement sa tête de liste Abdallah Aberni. Ainsi, Saïd Iraa Sbaï, tête de liste du Parti de l’Istiqlal, soutient que l’élection du Rniste est entachée d’irrégularités. Dans un recours déposé auprès de la Cour constitutionnelle, le membre de l’Istiqlal avance que les dispositions du code électoral ont été violées par le Rniste et ses collaborateurs lors de la campagne électorale. L’USFP, pour sa part, qui a déposé plusieurs plaintes auprès de la justice à Agadir à l’encontre du RNI durant la campagne électorale, va dans le même sens. l’Usfpéiste Tariq Kabbage parle entre autres d’incitation au vote auprès des électeurs en faveur de la liste du RNI. Plus grave encore, l’élu du RNI et ses collaborateurs sont même accusés d’utilisation d’argent le jour du vote auprès d’électeurs. Dans sa requête, le représentant de l’Istiqlal va même jusqu’à avancer qu’il a un témoin oculaire sur ce fait-là justement. Dans la requête déposée auprès de la Cour constitutionnelle il est même fait allusion aux représentants de l’Organisation des droits de l’homme qui auraient enregistrés des dépassements de la part de membres du RNI lors du jour du vote. Face à tout cela, Abdallah Aberni ne semble pas affecté et reste confiant. Il souligne qu’il a répondu aux plaintes déposées contre lui auprès de la gendarmerie. Reste que jusqu’à présent la justice n’a pas encore répondu aux différents recours. Qu’adviendra-t-il si elle répond favorablement aux demandeurs en la matière? De l’avis d’un institutionnel, «deux cas peuvent alors se présenter: c’est soit la liste tout entière du RNI qui est remise en cause, auquel cas il faudra alors refaire des élections partielles pour un seul siège; soit c’est uniquement l’élection du candidat tête de liste qui est concernée alors le siège gagné par le RNI reviendrait au deuxième de sa liste». En attendant le verdict de la justice en la matière, les résultats des urnes restent les mêmes dans la circonscription d’Agadir Ida Outannane.

    Incompatibilité?

    LA candidature de Abdallah Aberni, connu pour être président de la commune de Tamri et fonctionnaire de la commune d’Aourir, a été remise en cause par ses adversaires dès le début. Est-ce pour le motif qu’il est fonctionnaire d’une commune. Ils ont donc considérés que sa candidature est incompatible sur la base de la loi organique 27/11 relative à la Chambre des représentants. De l’avis d’un juriste, le cas de l’élu ne rentre pas dans la liste des incompatibilités dans le cadre des élections législatives. «Il pourrait l’être lors des élections communales s’il se présentait dans la même commune où il exerce en tant que fonctionnaire».

    De notre correspondante, Malika ALAMI

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc