×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
Finances-Banques

OPCVM: Les obligations se taillent la part du lion

Par L'Economiste | Edition N°:3676 Le 13/12/2011 | Partager
Elles représentent près de 80% de l’actif net de 224 milliards de dirhams
Elles bénéficient de la baisse de la Bourse et de la bonne forme du marché obligataire

La progression de près de 2% de l’actif net des OPCVM à fin novembre 2011 révèle une forte hausse de l’encours des obligations court terme et moyen-long terme. En parallèle, l’encours des autres catégories recule

LÉGÈRE hausse de l’actif net sous gestion des organismes de placements collectifs en valeurs mobilières (OPCVM). Au terme de la troisième semaine de novembre, l’encours net progresse de près de 3% par rapport au mois dernier et de près de 2% sur une année pour s’établir à plus de 229 milliards de DH. Dans ce total, les obligations à moyen-long terme (MLT) sont les plus dominantes, avec une part de 54% et 123,8 milliards de DH de l’actif net. Même s’il recule de près de 1% sur la semaine, l’encours des OPCVM obligataires MLT s’apprécient de plus de 5% sur l’année. Seconds en termes d’importance, les OPCVM monétaires représentent pas moins de 25,8% de l’actif net avec 59 milliards de DH. Un actif affiche la plus forte progression mensuelle (10%).
En dépit de la morosité de la Bourse, les OPCVM investis en actions représentent 10% de la structure de l’actif net global, avec 22,6 milliards de DH. Mais l’encours de cette catégorie se détériore de plus de 12% par rapport à la même période de l’an dernier. Pour les obligations à court terme, elles voient leur encours (12,7 milliards de DH) s’apprécier de 21,6% comparé à novembre 2010. La forte domination des OPCVM obligataires est principalement attribuable au trend baissier de la Bourse et à la bonne forme du marché obligataire. D’ailleurs, le volume d’activité de ce marché a augmenté de 22% par rapport au mois dernier, pour s’établir à 22,8 milliards de DH. Le volume a particulièrement concerné les maturités courtes et moyennes (98%). Principale raison: une faible volatilité, dans un contexte haussier des taux sur le marché obligataire. «Ce qui est synonyme de baisse des prix des obligations», fait savoir CFG dans sa dernière lettre de marché. Même au niveau du rendement, la tendance haussière a persisté. Les maturités à 13 et 52 semaines ont enregistré des progressions respectives de 0,01 et 0,02%, alors que celles comprises entre 2 et 15 ans ont réalisé de fortes augmentations allant de 0,05 et 0,07%. «Cette situation vient confirmer les anticipations des différents opérateurs quant au climat d’incertitude régnant sur le marché», analyse CFG. Pour cette fin d’année, la banque d’affaires anticipe la stabilité de la physionomie actuelle du marché obligataire. «La demande devrait rester forte sur les maturités à faible volatilité dans un contexte de correction haussière des taux obligataires». Même constat pour les rendements. «Les taux devraient se stabiliser aux niveaux actuels, voire légèrement augmenter».

M. A. B.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc