×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Cadeaux d’entreprises: Des petites attentions qui fidélisent

    Par L'Economiste | Edition N°:3676 Le 13/12/2011 | Partager
    Un moyen pour renforcer les liens avec les partenaires
    Avec la crise, on rogne sur les dépenses
    La loi prévoit 100 DH pour le cadeau

    La période de fin d’année est le moment privilégié pour «remercier ses fidèles partenaires» et faire le point sur cette collaboration. Et pour les plus gros clients, certaines entreprises ne regardent pas à la dépense et n’hésitent pas à offrir des présents somptueux, de la montre de marque au voyage dans une île paradisiaque

    SANS clients, pas d’entreprises. En acquérir de nouveaux coûterait cinq fois plus cher que de fidéliser ceux que l’on a déjà. Pour cela, les cadeaux d’affaires sont des moyens performants pour entretenir les relations. La période de fin d’année est le moment privilégié pour «remercier ses fidèles partenaires» et faire le point sur cette collaboration. Et pour les plus gros clients, certaines entreprises ne regardent pas à la dépense et n’hésitent pas à offrir des présents somptueux, de la montre de marque au voyage dans une île paradisiaque. «Les cadeaux sont là pour dire merci», souligne Laila Drissi, directrice de Hadia Pub, spécialisée dans la publicité par l’objet, cadeaux d'entreprise et articles pour séminaires et salons. Dire merci aux clients, aux fournisseurs. Bref à tous les partenaires de l’entreprise. Un budget est spécifiquement alloué aux cadeaux d’entreprises. Toutefois, avec la crise, les entreprises ont tendance à diminuer cette rubrique. «Cette année, les commandes ont reculé par rapport aux années précédentes», affirme Rachida Nasri, directrice de Best Décor, une société spécialisée en cadeaux d'entreprises et publicité par l'objet. Même si les temps sont durs, nombreuses sont les entreprises qui préfèrent maintenir cette pratique. Un petit geste vaut mieux que rien. Ainsi, les cadeaux seront peut-être moins onéreux, moins somptueux, mais tous les clients auront droit à un cadeau. De nombreuses sociétés se sont spécialisées dans le cadeau d’affaires proposant une gamme d’articles à offrir à tous les prix. Ainsi, les articles de bureau (agendas, stylos, calendriers), les produits de maroquinerie (cartables en cuir, sous-mains) ou les gadgets (porte-clés, briquets) ont plus que jamais la cote, selon Laïla Drissi. D’ailleurs, pour ce type de présents, en sus du logo qui figure sur le produit, certaines entreprises insistent sur la personnalisation du cadeau afin de lui conférer un plus au niveau de la symbolique et mentionnent de ce fait le nom du destinataire sur le cadeau ou y incluent tout simplement un message personnalisé.

    Restrictions

    «Le cadeau d’entreprise est de plus en plus axé sur le personnel et l’utilitaire», confie Véronique Amzallag, directrice de Francel, un magasin d’argenterie, cristallerie, orfèvrerie, arts de la table, articles de bureaux et cadeaux d’entreprises. Elle détaille: «Les objets décoratifs pour la maison tels que les services de verres, les plateaux, les lampes, sont particulièrement en vogue». «L’artisanat et les livres d’art sont également très présents et de plus en plus à la mode», renchérit la directrice de Hadia Pub. Les chocolats restent incontournables. Une tendance qui fait les affaires des chocolatiers qui rivalisent d’imagination en inventant de nouvelles saveurs et en jouant sur les couleurs. «Le doré et rouge sont à la mode», souligne Loubna Benyaich, propriétaire du chocolatier Patchi. D’autres, comme chez Jeff de Bruges, optent pour l’argenté ou le bleu qui revient en force. «Le noir, le blanc et le rouge du style années 70 sont aussi revisités et garantissent le succès des produits», appuie Véronique Amzallag.
    Par ailleurs, la fourchette de la valeur unitaire du cadeau reste très variable, suivant les entreprises et leur budget. Elle varie selon un critère de taille: le destinataire. «Les entreprises s’adressent à nous avec des budgets différents adaptés à chaque type de récepteur», souligne la responsable de Jeff de Bruges. En effet, un cadeau pour le personnel n’aura pas la même valeur que celui destiné au fournisseur ou au client. «Quand il s’agit du personnel, les prix varient entre 9 et 10 DH l’unité», affirme Laïla Drissi. «Les clients importants se verront offrir des cadeaux dont les prix peuvent débuter à 200 DH et aller jusqu'à 10.000 ou 15.000 DH, voire plus», indique Loubna Benyaich.
    Par ailleurs, certaines entreprises peuvent affecter jusqu’à 10% de leur budget global de communication aux cadeaux de fin d’année. Sur le plan fiscal, la loi utilise la terminologie «cadeaux publicitaires» et non cadeaux d’affaires. D’ailleurs, ces «petits gestes» ne peuvent être comptabilisés comme étant une charge qu’à hauteur de 100 DH pour l’unité, sous condition de porter le logo de l’entreprise. Au-delà, c’est une libéralité et donc une charge non déductible fiscalement. Dans la pratique, cette restriction n’est jamais respectée. Les montants affectés aux articles cadeaux dépassent largement ce seuil.

    Nouveautés

    CES dernières années, des cadeaux d’une toute autre nature ont fait leur entrée sur le marché des cadeaux d’entreprises: les produits dit high-tech. De nouvelles technologies, les smartphones, iPad et iPhone sont des cadeaux qui, cette année, remportent un franc succès. Leurs prix varient entre 4.000 et 10.000 DH. Un autre type de cadeaux perce également: les émotions box. Face à la perplexité de choisir un cadeau adéquat, les entreprises se tournent de plus en plus vers ces coffrets, disponibles à différents prix et qui proposent, selon la catégorie de cadeaux, plusieurs variantes possibles. Ainsi, pour un coffret saveur d’une valeur de 600 DH, le bénéficiaire pourra aller dîner, avec une personne de son choix, dans un des 14 restaurants présentés selon sa préférence. Les boissons alcoolisées, spiritueux et grands crus ont également la cote.

     

    Zineb SATORI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc