×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    E-book: Une enquête antitrust lancée

    Par L'Economiste | Edition N°:3676 Le 13/12/2011 | Partager
    Elle vise cinq éditeurs et Apple
    Ils sont soupçonnés d’entente sur les prix
    Ceci aux dépens de la concurrence et des consommateurs

    Le ministère américain de la Justice compte aussi ouvrir une enquête sur le secteur des livres électroniques, au lendemain de l’annonce d’une enquête de la Commission européenne sur les pratiques d’Apple et de cinq éditeurs internationaux

    Le marché du e-book est-il contrôlé par un cartel tirant les tarifs vers le haut ? Deux enquêtes l’une européenne et l’autre américaine devront se pencher sur la question. D’autant plus que le e-book est une offre qui s’étoffe au niveau mondial.
    Après la commission européenne, c’est au tour du ministère américain de la Justice de décider d’ouvrir une enquête sur le secteur des livres électroniques. Ce sont les pratiques d’Apple et de cinq éditeurs internationaux à savoir Hachette Livre (Lagardère Publishing, France), Harper Collins (News Corp., États-Unis), Simon & Schuster (CBS Corp., États-Unis), Penguin (Pearson Group, Royaume-Uni) et Verlagsgruppe Georg von Holtzbrinck (qui détient notamment Macmillan, Allemagne) qui sont visés. L’enquête devra déterminer s’ils ont cherché à restreindre la concurrence sur le marché européen des livres électroniques. En clair, les entreprises sont soupçonnées de s’être entendues de façon abusive sur le prix des e-books et sur l’iPad.
    Apple est en particulier soupçonné d’avoir défini un modèle de tarification (modèle d’agence) avec les éditeurs à l’occasion du lancement de sa tablette iPad. Mais dans le même temps, il se serait traduit par une hausse de prix des livres et aurait aussi eu pour effet d’interdire à Amazon, grand rival d’Apple, de proposer des remises conséquentes. Ces contrats d’agence seront donc au coeur de l’enquête de la Commission, qui soupçonne les éditeurs d’avoir échangé entre eux sur les prix. Les autorités britanniques enquêtent elles aussi sur ces pratiques.
    Les tourments ne s’arrêtent pas là puisque Apple a d’autres démêlés dans une autre affaire. Le géant américain de l’informatique a annoncé qu’il allait faire appel d’une décision de la justice allemande en faveur de son concurrent Motorola dans un litige sur les brevets.
    L’encre et papier sont-ils menacés de disparition à cause des tablettes? Selon les analystes, «celles-ci risquent de rendre le papier obsolète à terme pour les éditeurs de livres, magazines et journaux». Il faut dire que le lectorat s’habitue de mieux en mieux à lire sur écran tous les formats, des informations aux romans. Côté chiffre, l’essor des ventes de liseuses et de tablettes doit permettre aux ventes mondiales de livres numériques d’atteindre 9,7 milliards de dollars d’ici à 2016, un triplement par rapport à 2011, selon un rapport du cabinet Juniper Research.

    F. Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc